Egypte : un papyrus daté du IVème siècle relance le debat sur le mariage du Christ

Un papyrus daté par les scientifiques comme étant du IVème siècle relance le débat sur la situation matrimoniale du Chirst.

Une seule phrase, écrite en copte ancien pourrait remettre en cause un dogme aussi vieux que le monde : « Et, Jésus leur a dit, ma femme. » Ce petit texte, traduit par le professeur Karen King, professeur à la Harvard Divinity School à Cambridge relance le débat sur « le célibat de Jésus ». Selon les informations fournies par le Figaro, ce fragment de papyrus découvert en Egypte ou en Syrie, a été confié à la chercheuse par un collectionneur privé afin d’en connaitre l’interprétation.

Une polémique à laquelle l’Eglise se prépare à répondre

Dans un entretien publié par le site d’information le figaro.fr, « Selon le père Michel Gueguen, professeur d’Écriture sainte au Collège des Bernardins, trois points posent question, voire problème : qu’est-ce qui nous prouve que le « Jésus » cité dans ce fragment fait allusion au Jésus de la Bible ? « Jésus était un nom commun au début de notre ère, explique-t-il, les Ancien et Nouveau Testaments en comptent d’ailleurs plusieurs. Ce fragment peut donc renvoyer à une autre personne que Jésus-Christ. » Il ajoute, « Comme nous le voyons dans la Bible, le langage religieux est très symbolique et il ne faut pas prendre à la lettre le langage matrimonial. Dieu est parfois désigné comme l’Epoux qui rentre en alliance avec Israël. Il ne s’agit en rien du mariage incarné que nous connaissons. L’Ancien Testament ne comporte aucun possessif comme celui mentionné dans le fragment. Le Christ ne dit jamais « ma femme » mais « femme » », rapporte le site.

En 2003, un roman intitulé « Da Vinci Code » qui traitait de la lignée de Jésus-Christ et de sa relation avec Marie Madeleine avait déjà suscité des débats houleux au sein de la religion chrétienne. De nombreux guides religieux étaient montés au créneau pour apporter la preuve du contraire. Le document qui a la taille d’une carte mémoire demande encore à être authentifié. Son analyse sera publiée dans la revue théologique de Harvard en janvier 2013.

Lire aussi :

 L’Algérie est le meilleur ami du Maroc… sur Facebook !

 Egypte : rencontre au Caire entre Laurent Fabius et Mohamed Morsi

 Sénégal : gouvernement et mouvements religieux s’insurgent contre le film islamophobe