Egypte : peine de mort requise contre 683 pro-Morsi

La peine de mort a été requise contre 683 pro-Morsi, dont le guide suprême des Frères musulmans, ce lundi, alors que plus de 500 autres ont été condamnés à mort fin mars.

Le tribunal de Minya, en Moyenne-Egypte, a requis la peine de mort contre 683 partisans du président déchu, Mohamed Morsi. Tous sont jugés pour des faits de violence par le même juge qui avait condamné à mort, fin mars, 529 pro-Morsi, provoquant un véritable tollé international. L’ONU avait alors accusé l’Egypte de violer le droit international. Le tribunal de Minya a donc commué, lundi, cette peine en prison à vie pour 492 de ces 529 personnes.

La condamnation à mort de ces 683 pro-Morsi doit désormais être approuvée par le mufti d’Egypte, une étape considérée comme une formalité dans le système judiciaire, mais qui devrait faire l’objet d’un appel. Ces derniers avaient comparu pour la première fois le 25 mars pour des violences et le meurtre de policiers survenus à Minya le 14 août, le jour même où quelque 700 partisans des Frères musulmans tombaient sous les balles des policiers et soldats au Caire.

Sur les 683 accusés, une cinquantaine seulement est en détention. Les autres ont été libérés sous caution ou sont en fuite, dont Mohamed Badie, le guide suprême des Frères musulmans. Il est par ailleurs cité dans un autre procès de masse pour violences à Minya, impliquant plus de 900 accusés et dont la date n’a pas encore été fixée.

La confrérie des Frères musulmans, vieille de 85 ans, avait remporté toutes les élections depuis la démission de Hosni Moubarak, avant d’être déclarée « organisation terroriste » en décembre. Depuis la destitution de Mohamed Morsi par l’armée, le 3 juillet 2013, plus de 1400 personnes ont été tuées et 15 000 autre arrêtées.