Egypte: l’ONU se félicite de la libération du journaliste australien

L’Organisation des Nations Unies (ONU) a salué la libération, ce dimanche, du journaliste australien d’Al Jazeera, Peter Greste, par les autorités égyptiennes, rappelant l’importance de sauvegarder la liberté d’expression.

Le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), Ban Ki-moon, s’est félicité de la décision des autorités égyptiennes de libérer le journaliste emprisonné Peter Greste, dans un communiqué officiel dont copie a été transmis à Afrik.com, ce mardi.

Le Secrétaire général fait remarquer qu’il y a d’autres journalistes toujours détenus en Egypte et il espère que leurs cas seront rapidement résolus.

« Fausses informations »

Peter Greste avait été arrêté en décembre 2013, avec l’Egypto-Canadien Mohamed Fahmy, dans une chambre d’hôtel du Caire pour avoir diffusé des fausses informations en soutien aux Frères musulmans. Les deux collègues de la chaîne qatarie avaient été interpellés pour avoir installé leur bureau dans cette chambre d’hôtel, sans autorisation. Avec un de leur troisième collègue, ils avaient été condamnés au mois de juin dernier à des peines de 7 à 10 ans d’emprisonnement.

Le Secrétaire général a souligné de plus l’importance de sauvegarder la liberté d’expression et d’association en Egypte. Il a indiqué croire sincèrement que le pluralisme est la clef pour atteindre la stabilité à long terme et permettre à toutes les voix pacifiques d’être entendues et représentées. Le Secrétaire général va continuer à appuyer la lutte du peuple égyptien pour la stabilité, la démocratie et la prospérité, déclare-t-il encore.

Pour Amnesty International, la libération de Peter Greste ne doit pas éclipser la souffrance persistante des deux autres journalistes de la chaîne qatarie. L’institution réclame en outre la libération immédiate et inconditionnelle des deux collègues de Peter Greste.