Ebola : un employé des Nations Unies testé positif en République démocratique du Congo

Un employé des Nations Unies a été contrôlé positif au virus Ebola dans l’est de la République Démocratique du Congo. C’est la première fois que cela arrive au cours de l’épidémie actuelle, a déclaré Leila Zerrougui, responsable de la mission de maintien de la paix des Nations Unies.

« Je vous écris aujourd’hui afin de vous informer que mon équipe dirigeante et moi-même venons malheureusement de recevoir l’information selon laquelle un collègue travaillant pour les Nations Unies à Beni avait été testé positif à Ebola. Il reçoit actuellement les soins médicaux appropriés », a écrit Leila Zerrougui dans un courrier révélé par Reuters.

Leila Zerrougui a déclaré que l’employé n’était plus au travail depuis plusieurs semaines et que la recherche de ses contacts avait commencé pour vérifier l’absence d’éventuelle contamination.

La nouvelle est arrivée après que des responsables de la santé eurent averti que le nombre de nouveaux cas d’Ebola avait plus que doublé depuis septembre en lien avec la recrudescence des attaques rebelles dans le nord-est de la RDC ont annoncé jeudi des responsables de la santé. La plupart des nouveaux cas se sont produits à Beni, où des experts ont dû suspendre leurs efforts de confinement du virus Ebola plusieurs jours après une attaque meurtrière des rebelles.

Le Comité international de secours (IRC) s’est déclaré alarmé par le fait qu’il y aurait eu 33 nouveaux cas entre le 1er et le 9 octobre, contre 41 cas en septembre. « C’est un signe non seulement que l’épidémie n’est pas sous contrôle, mais que sans l’engagement total de la communauté, la situation pourrait s’aggraver », a déclaré le Dr Michelle Gayer, directrice principale de la santé d’urgence du CRI.

L’OMS a averti que le risque de propagation régionale du virus Ebola était très élevé, soulignant que les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri touchées par la RDC avaient des frontières communes avec l’Ouganda et le Rwanda. L’OMS a déclaré que le risque de propagation internationale restait faible.

Ebola est une fièvre hémorragique qui se propage par contact avec les fluides corporels de ses victimes et tue environ la moitié de ceux qu’elle infecte. Déclarée depuis le 1er Aout dernier, l’épidémie actuelle a déjà fait 130 morts dont 95 parmi les 170 cas confirmés, selon le dernier décompte de l’autorité sanitaire.

« On assiste à Beni à une deuxième vague de l’épidémie de la maladie à virus Ebola. On n’en connaît pas l’ampleur à ce stade. L’épicentre, qui était à Mangina, est aujourd’hui à Beni« , a déclaré le Dr Oly Ilunga, ministre congolais de la Santé, au cours d’une conférence de presse.