Ebola : qu’en est-il de ce remède jugé efficace depuis 2010 ?

En 2010, des chercheurs de l’Institut militaire américain pour les recherches médicales des maladies infectieuses (USANRIID) avaient signalé avoir trouvé une classe de médicaments capables de fournir un traitement contre le virus Ebola. Où sont ces médicaments qui devaient être prêts et testés sur l’homme depuis 2013 ?

Dans une publication en date du 22 août 2010, parue dans l’édition en ligne de la revue Nature Medicine et reprise en partie par Afrik.com, des chercheurs de l’Institut militaire américain pour les recherches médicales des maladies infectieuses (USANRIID) avaient pourtant signalé avoir trouvé une classe de médicaments qui pourraient fournir un traitement contre le virus Ebola. Ces nouveaux médicaments appelés « antisens », permettraient au système immunitaire d’attaquer les virus avant qu’ils ne tuent le patient.

Des médicaments efficaces uniquement après exposition au virus

En 2010, Travis Warren, chercheur au USAMRIID, avait déclaré que le travail était encore au stade préliminaire, les médicaments n’ayant été testés que sur des primates, mais que les résultats étaient prometteurs. Pour Dr Warren, « c’est vraiment une course entre le virus et le système immunitaire ». Les médicaments « antisens » étaient alors présentés comme remède capable d’aider le système immunitaire à gagner cette course. La molécule injectée s’insère dans certaines parties du virus, bloquant toute reproduction de celui-ci. Pour les chercheurs, avec la prolifération du virus ralentie, le système immunitaire a le temps de combattre et d’éliminer le virus de l’organisme.

Cinq des huit singes infectés avaient survécu grâce à ce traitement

Donc, contrairement au mode d’action des vaccins, ces médicaments sont efficaces uniquement après exposition au virus. Dans le cadre d’une expérience menée à l’époque (2010) par le laboratoire américain, cinq des huit singes infectés avaient survécu grâce à ce nouveau traitement. D’où, en principe un début de solution pour la Guinée où des cas avérés sont signalés, des personnes meurent et d’autres attendent de mourir. Il apparaît dès lors plus opportun pour Médecins sans frontières et l’Organisation mondiale de la Santé, non pas de crier à l’aide (internationale), plutôt de se tourner vers les Etats-Unis et se procurer ces médicaments « antisens » et combattre ce virus apparu mystérieusement en Guinée.

En principe disponible à compter de 2013

Pour sûr, même si le médicament n’est pas encore prêt, les malades préfèreraient qu’il soit expérimenté sur eux que de savoir qu’ils vont mourir d’un instant à l’autre. Surtout qu’en 2010 déjà, la Food and Drug Administration avait autorisé des essais limités sur les êtres humains. A l’époque, Travis Warren indiquait qu’ il faudra « attendre au moins trois ans avant de voir l’utilisation de ces médicaments sur les patients », donc en 2013, le produit est censé être disponible.

Sachant que, comme indiqué plus haut, dans le cadre de l’expérience menée par le laboratoire américain, cinq des huit singes infectés avaient survécu grâce à ce nouveau traitement. Cela ne coûte rien de tester ce traitement chez les humains en Guinée. Dans la mesure où, sans traitement ils vont mourir de toute façon.