Drame fluvial en RDC

Près de 200 personnes sont portées disparues à la suite de l’incendie du bateau Lengi sur le fleuve Congo entre Lukolela et Mbandka (RDC). Le bilan du drame, survenu la semaine dernière, est encore partiel. Plus de 300 passagers auraient néanmoins survécu.

Près de deux cents personnes portées disparues. C’est le bilan provisoire de l’incendie du bateau Lengi sur le fleuve Congo survenu le 26 janvier dernier entre la localité de Lukolela (400 m au nord-ouest de Kinshasa) et la ville de Mbandaka. Si le bilan reste, à ce jour, encore provisoire, on sait que plus de trois cents personnes ont eu la vie sauve. L’accident intervient quelques mois après le naufrage du H.B. Dieu Merci qui avait fait plus de deux cents victimes.

Le feu aurait débuté alors qu’un technicien tentait de réparer le moteur de l’embarcation. Selon l’Agence congolaise de presse, une étincelle aurait « mis le feu accidentellement à des fûts d’essence entreposés dans le bateau ». Un bateau fait à 75% de bois. Les passagers, environ 500 personnes, se sont tous jetés à l’eau. Les rescapés sont ceux qui ont pu rejoindre la rive à la nage.

Peu de corps retrouvés

Seule la mort d’une personne a été confirmée. « Nous ne savons pas ce qui est arrivé aux deux cents autres personnes », confiait, samedi, à Associated Press, Alexandre Essome, le porte-parole de la mission des Nations Unies au Congo (Monuc) dans la ville de Mbandaka. Mais « les villageois ont dit qu’ils avaient vu au moins six corps flotter dans la rivière », poursuit le diplomate. Des informations qui n’ont pu être vérifiées.

Le fait que l’accident ait eu lieu à l’intérieur des terres et dans une partie inhabitée explique que l’information soit parvenue très tardivement aux autorités et à la presse. Les survivants ont dû marcher plusieurs heures avant d’atteindre la localité la plus proche, Lukelela. Trois bateaux de patrouille et un hélicoptère ont aidé, vendredi et samedi, les rescapés à rejoindre le centre régional de Mbandaka. Après le naufrage du HB Dieu merci», sur le lac Maïndombe, les eaux congolaises ont encore tué. Une série noire dont chacun espère que l’accident du Lengi sera le deuxième et dernier épisode.