Drame de Melilla : l’Algérie et le Maroc se renvoient la responsabilité

Migrants à Melilla
Migrants arrêtés à Melilla

Alors que le drame de Melilla continue de soulever des vagues d’indignation à l’international, l’Algérie et le Maroc, deux voisins en Afrique du Nord, s’accusent mutuellement d’être responsable de cette tragédie. Plusieurs dizaines de migrants ont perdu la vie au moment d’un assaut massif d’au moins 2 000 candidats à l’émigration clandestine.

Lundi, la représentation diplomatique marocaine en Espagne, déplorant le drame survenu vendredi dernier à Nador, alors que des dizaines de migrants subsahariens perdaient la vie, a accusé l’Algérie. Après avoir été repoussés par les forces de l’ordre marocaines, alors qu’ils tentaient d’entrer à Melilla, les migrants ont été pris en étau, entre grillage barbelés et forces marocaines aidés de leurs homologues espagnols. Le pire était inévitable puisqu’il est fait état d’au moins 37 morts, selon des organisations humanitaires.

L’ambassade du Maroc en Espagne a, dans son communiqué repris par la presse espagnole, accusé que «les assaillants ont infiltré la frontière algérienne, profitant du laxisme délibéré du pays dans le contrôle de ses frontières avec le Maroc» pour prendre d’assaut l’enclave espagnole de Melilla. Thèse balayée d’un revers de main par Alger, par la voix d’Amar Belani, Envoyé spécial pour le Maghreb et le Sahara Occidental au ministère algérien des Affaires étrangères. «Le régime marocain n’a pas le courage de supporter la honte», a lancé le diplomate.

Dans une déclaration reprise par Echorouk, M. Belani enfonce que le Maroc «est donc toujours à la recherche d’un bouc émissaire pour échapper à ses responsabilités». Pour lui, «Rabat devrait admettre son faux règlement de la situation des migrants des pays du Sahel, au lieu de jeter des pierres, de manière malhonnête, sur ses voisins». L’officiel algérien convoque un passé au cours duquel, le Maroc aurait brandi la menace de faire usage de la carte migratoire pour faire plier les autorités ibériques.

Il accuse en effet le royaume chérifien d’avoir «utilisé des migrants pour intimider les pays du sud de l’Europe, en particulier l’Espagne, en soulevant le risque de les inonder par des migrants, afin d’obtenir en retour un soutien diplomatique et des subventions financières de la part de l’Union Européenne». Amar Belani a assuré que les frontières de l’Algérie sont entièrement sécurisées, «pour contrecarrer les tentatives d’introduction de drogue du Maroc». Pour le diplomate c’est au contraire le voisin qui mène «une véritable agression» contre l’Algérie.

Lire : Migrants morts à Melilla : l’Algérie accuse le Maroc et évoque des exécutions sommaires

Lire : L’Algérie rit sous cape après la violation de l’intégrité territoriale de l’Espagne, par le Maroc ?