Deux journaux suspendus au Gabon

Le Conseil national de la communication (CNC), organe public de régulation des médias au Gabon, a suspendu, lundi 8 octobre 2007, les journaux « La Nation », bimensuel privé, paraissant à Libreville, capitale du Gabon, et « Le Gri-Gri International », satirique bimensuelle privée, éditée à Paris, mais distribuée au Gabon.

Dans un communiqué paru, le matin du 8 octobre, dans les colonnes du
quotidien progouvernemental « L’Union », l’organe de régulation a suspendu le journal « La Nation », pour une durée d’un mois, sur plainte de Mme Blandine Marundu ma Mihindou, ministre gabonais de la culture et des arts. Dans l’édition numéro 98, parue au mois d’août, « La Nation » avait publié un article intitulé: « Blandine Marundi mérite-t-elle d’être ministre? » dans lequel il avait dénoncé  »l’immobilisme et le peu d’expérience » du ministre.

Selon Blaise Mengue-Mena, éditeur-responsable de « La Nation », que
Journaliste en danger (JED) a pu joindre par téléphone, son journal avait
été cité à comparaître, fin septembre, devant le CNC, mais les preuves
brandies avaient été considérées comme insuffisantes par le CNC.

Dans le même communiqué, le CNC a interdit  »jusqu’à régularisation »
l’édition et la distribution, au Gabon, du journal « Le Gri-Gri
International ». Le grief invoqué serait le fait que la dernière édition de
ce journal a été imprimée et distribuée au Gabon alors que le journal ne se serait jamais constitué comme un organe de presse gabonais.

Quant à l’imprimeur VDP (La voix du peuple) et le distributeur Sogapresse, ils ont été mis en demeure de ne plus offrir leurs services au journal « Le Gri-Gri International » tant que ce dernier n’aura pas régularisé sa situation auprès des instances gabonaises.

Le 25 septembre, l’édition gabonaise numéro 78 du « Gri-Gri International », qui devait paraître le 27 septembre, avait été censurée  »à cause de son contenu », par l’imprimerie VDP, empêchant ainsi la diffusion de cette édition au Gabon.

La Une du journal évoquait l’annonce, quelques jours plus tôt, par le
président Omar Bongo (surnommé  »Mollah Omar ») de l’exploitation
« prochaine » des mines de fer dans la localité de Belinga, située dans la
province de Ougooué-Ivindo (au Nord Est du Gabon), qualifiant cette
exploitation d’une  »imposture gabonaise ». Le journal s’inquiétait, aussi,
de la pollution et de la destruction de l’écosystème que cette exploitation
allait provoquer à l’échelle locale et nationale.

Source : Journaliste en danger (JED), Kinshasa

Lire aussi : L’interview du rédacteur en chef du « Gri-Gri »