Des « Assises contre l’islamisation de l’Europe » explosives

Malgré les protestations de plusieurs associations et partis politiques, la préfecture de Paris a autorisé la tenue des «Assises contre l’islamisation de l’Europe», samedi à Paris. La réunion, lancée par le Bloc identitaire et Riposte laïque, risque d’être mouvementée.

Les autorités françaises ne savent apparemment pas sur quel pied danser avec les instigateurs des «Assises contre l’islamisation de l’Europe». Au nom de la « liberté de réunion », la préfecture de Paris a autorisé jeudi la tenue du colloque aux forts relents islamophobes lancé par des organisations d’extrême droite samedi à Paris. Mais elle a mis en garde dans un communiqué « les responsables de la réunion publique et les orateurs qui y prendront la parole. En cas d’infraction, leur responsabilité sera recherchée devant les tribunaux». Les responsables de cette réunion, les associations Bloc identitaire et Riposte laïque, s’étaient déjà fait connaître en juin dernier en organisant un « apéro saucisson pinard » contre l’ « islamisation » dans le 18e arrondissement de Paris.

« L’islam nous a déclaré la guerre »

Parmi les invités des Assises, Oskar Freysinger, l’un des parlementaires à l’origine de la loi sur l’interdiction des minarets en Suisse ; Stephen Yaxley-Lennon, patron de la controversée English Defence League (EDL), proche des hooligans ; le journaliste René Marchand, auteur de Mahomet. Contre-enquête : un despote contemporain, une biographie officielle truquée, quatorze siècles de désinformation (éditions de l’Echiquier, 2006) ; Anne Zelensky, figure historique du mouvement féministe. Thèmes des interventions : « l’islam nous a déclaré la guerre », « l’offensive de l’islam dans les entreprises », ou encore « le voile contre les femmes ».

La tenue de ce meeting a suscité l’indignation de plusieurs associations et partis de gauche qui ont appelé à « se rassembler symboliquement et pacifiquement » à partir de 11 heures à proximité de l’espace Charenton (12e arrondissement) où doivent se tenir les Assises. Des groupes radicaux musulmans seront également de la partie, comme le Collectif Cheikh Yassine et le Forsane Alizza (« Les cavaliers de la fierté »). A l’origine d’un rassemblement contre l’islamophobie à Limoges en septembre dernier, ce dernier a donné consigne de ne pas « donner l’occasion aux politiques de la gauche de récupérer cette action ! »

Les «Assises contre l’islamisation de l’Europe» s’annoncent tendues. La préfecture de Paris a annoncé qu’elle allait déployer un dispositif de sécurité et prévenu « interpeller toute personne dont le comportement troublerait l’ordre public ».