Démission de Richard Moulomba : mise au point de l’Union du peuple gabonais

Le secrétaire exécutif de l’union du peuple gabonais (UPG, opposition), Mathieu Mboumba Nziengui, a fait une mise au point mercredi sur la démission, le 11 mars, de l’ancien secrétaire général du parti, Richard Moulomba Mombo. Il a dénoncé une manœuvre visant, selon lui, à ternir l’image de son parti et de son leader, Pierre Mamboundou.

De notre correspondant

La semaine dernière, Richard Moulomba, l’ancien numéro deux de l’UPG, avait déclaré à la presse avoir «quitté cette formation politique pour sauver sa vie», après avoir subi des tentatives d’empoisonnement, des intrigues et des actes de sorcellerie, orchestrés par Pierre Mamboundou et ses proches.

Selon le secrétaire exécutif de l’UPG, Mathieu Mboumba Nziengui, tous les arguments apportés par Richard Moulomba pour justifier sa démission au sein du parti sont faux. Il a affirme que ce dernier, contrairement à ce qu’il a versé dans les médias, a toujours eu le soutien de Pierre Mamboundou et du parti, que ce soit sur le terrain politique et dans les affaires juridiques.

«Monsieur Moulomba est l’un des rares candidats (députation) qui, en plus de l’engagement personnel du président Mamboundou sur le terrain, a bénéficié d’un soutien matériel et financier conséquent du parti», a déclaré le secrétaire exécutif de l’UPG, ajoutant par ailleurs que Pierre Mamboundou n’a jamais tenté d’empoisonner l’ex-secrétaire général du parti.

Pour preuve, il a déclaré que le leader de l’UPG aurait même conseillé à «la supposée victime» de saisir les tribunaux, afin qu’ils fassent toute la lumière sur les faits «d’une particulière gravité». Cette option, qui présentait les garanties d’indépendance et d’impartialité, aurait pu permettre, par le recours aux méthodes scientifiques éprouvées, de faire toute la lumière sur cette affaire de tentative d’empoisonnement. Ce que M. Moulomba a refusé de faire, préférant instruire des procès en sorcellerie, regrette M. Mboumba Nziengui.

«M. Richard Moulomba déclare que la campagne électorale de Pierre Mamboundou en 2005 avait été financée par Monsieur Ali Bongo Ondimba, ministre de la défense nationale à l’époque, alors que le candidat du PDG n’était autre que son propre père. En affirmant avec hardiesse, qu’Ali Bongo Ondimba a trahi, et son père, et son parti, en finançant la campagne électorale de l’adversaire, Monsieur Moulomba dévoile toute sa personnalité, celle d’un homme dévoré par une envie d’exister, en faisant feu de tous bois», a dénonçé le responsable politique. D’après lui, M. Moulomba a été «acheté» et son action vise essentiellement à dénigrer l’Union du peuple gabonais et son leader, qui lui «ont pourtant permis d’avoir une identité politique».

Selon certaines sources, Richard Moulomba se prépare à créer son propre parti. Il se prononcera officiellement sur cette question dans les prochains jours, au cours de la tournée d’explication qu’il envisage entreprendre à l’intérieur du pays.

Lire aussi:

 Gabon : coup dur pour l’UPG