Défense locale : le Maroc en avance sur l’Algérie

Abdelmadjid Tebboune et Mohammed VI
Le Président Abdelmadjid Tebboune et le roi Mohammed VI

Le Maroc, dans le cadre de son plan de modernisation des Forces armées royales, s’active pour la mise en place d’une industrie de défense locale, prenant une longueur d’avance sur l’Algérie.

Alors que l’Algérie est toujours dépendant s’agissant de son armée, obligée de s’appuyer sur les pays Occidentaux pour les besoins d’acquisition, d’approvisionnement et même de formation, le Maroc prend une petite avance sur le voisin. Il a été indiqué que le royaume s’active pour la mise en place d’une industrie de défense locale, en vue de renforcer ses capacités militaires.

«Les ventes militaires des États-Unis au Maroc ont plus que doublé en 2020, passant de 4,01 milliards de dollars à sa valeur actuelle de ventes achevées de 8,5 milliards de dollars», a indiqué l’Agence américaine pour le commerce international. Rien qu’en 2021, insiste l’agence, le budget de défense marocain a augmenté de 4% pour l’achat d’équipements de défense.

Toujours selon cette institution fédérale relevant du Département du Commerce américain, au fil des ans, le Maroc est devenu le plus gros acquéreur de systèmes de défense américains en Afrique, révélant que le Maroc a déboursé 20 milliards de dollars pour ses objectifs stratégiques de modernisation et d’interopérabilité de son armée avec les États-Unis et l’OTAN, en modernisant les équipements de son armée.

L’institution souligne que le royaume a beaucoup plus investi dans son aviation et sa marine. Elle précise que le gouvernement marocain a lancé une commande de deux frégates FREMM auprès du groupe italien Fincantieri pour renforcer les capacités de la Marine royale. «Le Maroc entend également investir dans un système de surveillance côtière haut de gamme, la sécurisation des côtes étant devenue une priorité clé », précise Baldi.

Selon l’agence américaine, il ne fait aucun doute que «le Maroc vise à se doter d’une armée de terre, d’une armée de l’air et d’une marine totalement indépendantes», avec un plan de modernisation des équipements militaires, à l’horizon 2030, avec un point focal : la mise en place d’une industrie de défense locale. Les autorités royales s’activent pour se doter d’un cadre juridique visant à accompagner l’émergence d’une filière industrielle de défense au Maroc.

Cette mise en place d’industrie de défense locale est précédé par d’importantes acquisitions en matériels et équipements militaires faites par le royaume qui a décidé de blinder son armée. Des armes turques, israéliennes, américaines et même italiennes sont acquises par le ministère royal de la Défense au profit de l’armée marocaine, en cette période de forte tension entre Rabat et Alger, au point d’inquiéter l’ONU, qui appelle à la retenue et au dialogue.

A lire : Guterres s’invite dans le conflit entre l’Algérie et le Maroc