Découvrir le Mali en courant

paysage.jpg

Le Raid Dogon est la troisième course que Jean-Pierre Poidevin, amoureux des paysages de la Mauritanie et du Mali, organise en Afrique. Ce périple malien, à la fois sportif et culturel, de 126 km se déroulera du 15 au 22 novembre prochain. Il est premier des trois volets du Challenge raid africain, qui s’étalera sur trois ans.

Passionné de course à pied, Jean-Pierre Poidevin souhaite partager son amour de l’Afrique. Grand sportif, Jean-Pierre Poidevin a déjà couru cinq marathons au Maroc. Instigateur de la Mauritanienne Race 200, qui a eu lieu en Mauritanie en mars dernier, il espère rééditer le succès de cette course au Mali avec le Raid Dogon, première partie du Challenge Raid africain. Une initiative qui comprend deux autres courses : le Raid Ténéré et le Raid Touareg.

Afrik : Quel est le bilan de la deuxième édition de la Mauritanienne Race 200 ?

Jean-Pierre Poidevin : Le bilan est très positif. 25 coureurs ont participé à la course. Il y a eu très peu d’abandons. Les Mauritaniens ont apprécié la course. Cela a été une expérience enrichissante pour moi.

Afrik : Qu’est-ce qui vous a poussé à organiser le Raid Dogon ?

Jean-Pierre Poidevin : Je suis un ancien coureur. J’ai beaucoup couru en Mauritanie. J’ai choisi, cette année, le Mali en raison de la beauté des paysages de ce pays, qui m’ont véritablement envoûtés. Je trouve que c’est un endroit magnifique pour courir.

Afrik : Quelles sont les particularités de la course Raid Dogon par rapport à la Mauritanienne Race 200 ?

Jean-Pierre Poidevin : Pour cette course, la distance totale à parcourir est de 126 kilomètres. Cette année, il s’agit de parcourir 126 kilomètres en cinq jours alors que l’année dernière, il fallait courir 200 kilomètres non-stop. La course est divisée en quatre semi-marathons et un marathon. Les trois premières étapes consisteront à courir 21 km le matin. Cet effort sera suivi par la visite culturelle d’un village avec un guide malien. La quatrième étape sera un marathon de 42 kilomètres. La cinquième étape consistera à parcourir 21 km.

Afrik : Comment va se dérouler la course ?

Jean-Pierre Poidevin : A leur arrivée, les coureurs vont visiter la ville de Mopti. La course se déroulera sur des pistes et sur du sable le long de la falaise. Après la course du premier jour, ils pourront visiter les villages au pied de la falaise de Bandiagara. Le parcours du plateau Dogon sera l’une des étapes de la course. Le dernier jour, ils reviendront en pirogue jusqu’à Mopti. Ils seront ravitaillés en eau au bout de 10 km. Un médecin sera chargé de surveiller la course. Les gagnants seront récompensés lors d’une fête à Mopti.

Afrik : Qui seront les coureurs ?

Jean-Pierre Poidevin : Les inscriptions commenceront en septembre. Je pense que des coureurs qui veulent découvrir le pays vont participer à la course. Le coût de leur participation est de 1 800 euros tout compris (transport, logement, nourriture). J’accepte un maximum de cent personnes (accompagnateurs inclus). Je ne suis pas en mesure de gérer plus de personnes au niveau de l’organisation.

Afrik : Est-ce qu’il y aura des coureurs locaux ?

Jean-Pierre Poidevin : J’espère que des coureurs maliens s’inscriront dans la course pour représenter leur pays. Evidemment je leur ferai bénéficier d’un tarif réduit, dont je n’ai pas encore fixé le montant.

Afrik : Est-ce que l’organisation d’une telle course prend du temps ?

Jean-Pierre Poidevin : Oui, cela prend du temps. Il faut que je trouve des journaux, qui vont faire la publicité de la course. Je dois également trouver des partenaires pour organiser la course. Du coup, je n’ai plus beaucoup de temps pour m’entraîner.

Afrik : Allez-vous travailler avec des Maliens ?

Jean-Pierre Poidevin : Je travaillerai avec des Maliens. Ils me fourniront de l’aide pour monter les tentes et baliser le parcours de la course. Des villageois vont également fabriquer des t-shirts et des trophées pour la remise des prix. Nous développons ainsi une modeste mais réelle action de développement.

Afrik : Allez-vous organiser des courses dans d’autres pays de la région ?

Jean Pierre Poidevin : La deuxième partie du Challenge se déroulera l’année prochaine au Niger du coté du Ténéré, un très joli endroit pour courir. La troisième course, appelée Raid Touareg, se tiendra en 2006 dans le Sud algérien.

Fatoumata Traoré

Lire aussi :

 Courir dans le désert