De la raquette au micro

Yannick Noah par lui-même. Reconverti à la musique, l’ex-tennisman a donné son nom à un deuxième album, déjà un succès dans les tops français. Si le talent de l’artiste réside plus dans la capacité à bien s’entourer que dans ses propres qualités vocales, l’album, taillé sur mesure, reste servi par une très belle production.

Ils l’ont aimé sur un court de tennis, ils l’aiment désormais sur scène. Le phénomène Yannick Noah est en marche. Point de départ : un second album qu’il a simplement baptisé de son propre nom. Si à l’écoute de cet opus abouti on se dit que l’artiste franco-camerounais a décidément besoin de quelques cours de chant, le tout reste remarquablement bien produit. Une belle unité musicale et lyrique qui mérite le détour.

Un album coloré d’inspiration évidemment africaine. Car Yannick Noah est aussi un enfant du pays : le Cameroun. Et plus largement de l’Afrique. Il abandonne le français l’espace de deux titres pour rappeler des origines dont il est fier et qui font de lui ce qu’il est aujourd’hui. Symbole du métissage et de la réunion entre l’Afrique et l’Occident. Mais les influences africaines ne s’arrêtent pas là. Elles sont omniprésentes dans la production, qui avec les choeurs, qui avec les paroles de chansons qui font souvent référence à la terre ancestrale.

Remarquablement bien entouré

Pour être honnête concernant l’artiste, il faut reconnaître que les cordes de sa raquette étaient plus efficaces que ses cordes vocales. Car on ne peut pas dire que Yannick Noah ait véritablement ce qu’on pourrait appeler un bel organe. Sauf si l’on aime les voix du genre murmure sans aucune amplitude. Pour autant, il ne chante pas faux, loin de là, et c’est ce que qui rattrape l’ensemble de ses prestations.

La force de l’album réside surtout dans le talent des musiciens et paroliers qui ont oeuvré à l’aboutissement du disque. Yannick Noah sait s’entourer. Uniquement interprète de ses chansons, il a su se ménager les services de tous les bons de la musique française. Et ils sont tous à la hauteur. Arrangements et enregistrement soignés, compositions inspirées et efficaces, cohérence musicale, tous les ingrédients sont réunis pour que  » Yannick Noah  » l’emporte dans les coeurs. Une victoire en quatre set pour, somme toute, une bonne partie de plaisir.

Commander le disque : Yannick Noah,  » Yannick Noah « 2001 Sony .

Voir aussi : 4840