Crise au Mali : Fabius choisit quatre escales stratégiques

Laurent Fabius entame ce jeudi sa tournée africaine. Le ministre français des Affaires étrangères va d’abord faire escale à Niamey, puis il se rendra au Burkina Faso, au Sénégal et au Tchad. Ces rencontres diplomatiques ont un seul but : résoudre la crise au Mali.

Laurent Fabius compte sur le Niger pour résoudre la crise au Mali. Ce mardi, à l’Assemblée nationale, le ministre des Affaires étrangères a plaidé pour « une coopération accrue avec le Niger qui est à la fois très très pauvre et, en même temps, dont les dirigeants que nous avons reçus à Paris sont apparus vraiment des gens dignes de confiance ». Tout naturellement, sa première escale en Afrique se déroulera donc ce jeudi soir à Niamey, la capitale du Niger. Le chef de la diplomatie française doit rencontrer le président Mahamadou Issoufou. Selon Le Point qui cite une source diplomatique anonyme, « l’urgence aujourd’hui, c’est stabiliser les institutions, stabiliser Bamako » alors qu’« on est dans un processus très fragile ».

A la suite du coup d’Etat du 22 mars du capitaine Sanogo contre le régime d’Amadou Toumani Traoré, le Mali est plongé dans une crise politique. Ce renversement du pouvoir politique, survenu dans le Sud-Mali, a permis aux rebelles touaregs de prendre le contrôle du Nord. Le Niger s’inquiète de la crise au Mali, car seulement deux cent kilomètres séparent le Nord-Mali de Niamey. Selon Ibrahim Manzo Diallo, fondateur et directeur de publication du bimensuel Aïr Info : « Le président du Niger soutient l’hypothèse d’une intervention militaire …] En marge de sa visite officielle (au Forum de coopération sino-africaine tenue du 19 au 20 juillet à Pékin, ndlr), les observateurs pensent qu’il négociera un contrat de vente d’armes », nous confie-t-il dans une [interview exclusive accordée à Afrik.com. D’où le choix de Laurent Fabius de commencer sa tournée africaine au Niger, d’autant plus qu’« il y a un mois et demi, il (Mahamadou Issoufou, ndlr) a fait voter au Parlement 42 milliards de FCFA (60 millions d’euros) de budget spécial pour l’armée ». Hormis le Niger, le Sénégal et le Tchad, les deux autres escales africaines du ministre des Affaires étrangères, sont elles aussi stratégiques.

Sénégal et Tchad

Après sa rencontre avec le président du Niger Mahamadou Issoufou, Laurent Fabius rendra visite vendredi matin à Blaise Compaoré, le président du Burkina Faso. Avant de s’envoler pour le Sénégal. Ce point de chute sera tout aussi politique que sa halte au Niger.

Et pour cause, l’ex-président malien Amadou Toumani Traoré est en exil au Sénégal depuis son renversement. En outre, le président de transition Dioncounda Traoré aurait manifesté sa volonté de retourner ce vendredi à Bamako, selon la presse. Le Sénégal est, par ailleurs, un pays voisin du Mali. C’est donc pour discuter de la crise au Nord du pays que Laurent Fabius passe par Dakar, où il compte également débattre avec les représentants du collectif « Y’en a marre ».

La tournée stratégique du chef de la diplomatie française s’achèvera samedi au Tchad. Laurent Fabius prévoit de rencontrer alors le président Idriss Deby. Car, « le Tchad a fait part de sa disponibilité pour concourir à une solution de la crise au Mali », confie une source diplomatique au Point. Ce pays craint, pour sa part, l’extension de la crise malienne sur son territoire. « Sans parler du Tchad qui est frappé par des problèmes de répartition de la manne pétrolière.», confie Ibrahim Manzo Diallo à Afrik.com. Pour rappel, les islamistes, affiliés à Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique), contrôlent presque tout le Nord-Mali.

Lire aussi :

 Ibrahim Manzo Diallo : « Ançar Dine et le Mujao sont les seuls maîtres au Nord-Mali »