Crise au Mali : 50.000 personnes prient pour la paix et la réconciliation

Pari réussi pour le Haut conseil islamique du Mali (HCI). La plus importante organisation musulmane du pays a mobilisé des milliers de personnes, qui ont participé ce dimanche au stade du 26 Mars, à un important meeting en faveur de la paix et de la réconciliation au Mali. Un pays secoué par une grave crise politico-militaire depuis le 22 mars 2012.

(De notre correspondant)

Le stade du 26 Mars était plein à craquer ce dimanche. Et pour cause, il a été pris d’assaut par plus de 50 000 personnes. Malgré le mois de Ramadan, jeunes, femmes et vieux sont sortis massivement pour répondre à l’appel de Mahmoud Dicko, le président du Haut conseil islamique. Au cours d’un gigantesque rassemblement, les musulmans du Mali ont prié pour la paix, la réconciliation, le dialogue et la stabilité dans leur pays. Ainsi selon le célèbre prêcheur Ousmane Cherif Haidara, la reconstruction du Mali passe par l’unité de tous les fils de ce pays qui doivent se donner la main et taire leur différence en cette période de crise.

Tolérance et pardon

Devant ces milliers de personnes, des leaders des principaux partis politiques tels que Ibrahima Boubacar Keita, Montagna Tall et du Premier ministre de la transition Cheick Modibo Diarra ovationné par le public, Mahmoud Dicko le président du Haut conseil islamique a appelé au pardon et à la tolérance. C’est pourquoi le leader religieux a dénoncé au cours de son discours la corruption et la mal gouvernance qui gangrènent le Pays. Pour l’iman Dicko, la tragique situation actuelle du pays est le résultat d’une gestion catastrophique du Mali ces dernières années. Il a par ailleurs fustigé les querelles intestines au sein de la classe politique. Selon l’Iman Dicko,les autorités maliennes sont restées inactives face à Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique), aux trafiquants de drogues qui règnent en maitre dans le septentrion malien depuis dix ans.

Optimisme

Malgré cela, Mahmoud Dicko est resté optimiste « le Mali va s’en sortir. Ce n’est pas avec des armes que les islamistes vont nous imposer la charia. La notre est le pardon et la tolérance », soutient-il. « L’imam Dicko a raison, le Mali est un pays de paix et de tolérance. Je condamne toutes ces violences et les actes de barbaries que les islamistes font subir aux populations du nord-Mali », note Malick Konaté, un fidèle musulman venu assister au meeting. « Le pays a toujours été une terre de dialogue. Donc les islamistes et autres occupantes doivent répondre à l’appel du président du Haut conseil islamique. Ils doivent laisser tomber les armes pour venir à la table des négociations », soutient Adama Traoré. Comme lui, les milliers de maliens qui étaient présents à la manifestation ont exprimé leur soif de paix. Cela à travers des prières et des vœux qu’ils ont formulé en ce mois béni de Ramadan.

Lire aussi :

 Nord-Mali : Ançar Dine accepte la médiation du Burkina Faso

 Mali : les femmes des bérets rouges en ordre de bataille