Côte d’Ivoire : pourquoi Charles Konan Banny maintient sa candidature

Parmi les candidats de l’opposition ivoirienne, l’ancien Premier ministre Charles Konan Banny est l’adversaire le plus sérieux pour le Président sortant, Alassane Ouattara dont la réélection ne fait pas de doute. Alors qu’il avait semblé vouloir conditionner sa candidature à une modification du processus électoral qui n’a pas eu lieu, Charles Konan Banny apparaît décidé à se présenter. Pourtant, deux candidats de sa coalition, Essy Amara et Mamadou Koulibaly, ont déjà jeté l’éponge, dénonçant les conditions de l’organisation du scrutin.

Charles Konan Banny, le candidat « unique » de la Coalition nationale pour le Changement (CNC), maintient sa candidature à l’élection présidentielle du 25 octobre prochain malgré le désistement de deux candidats membres de la CNC, Essy Amara et Mamadou Koulibaly, également chef du LIDER. Face au Président-candidat, Alassane Ouattara, il est l’adversaire de l’opposition le plus sérieux.

« Si vous n’êtes pas dans le jeu, comment pouvez-vous jouer ? »

« Si vous n’êtes pas dans le jeu, comment pouvez-vous jouer ? Mais les règles du jeu doivent être égales. Pour le moment, nous luttons pour que les conditions changent. Les derniers mots n’ont pas encore été dits », a déclaré, mercredi dernier, l’ancien gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO). Premier ministre d’un gouvernement d’union nationale sous la présidence de Laurent Gbagbo, de 2005 à 2007, nommé président de la Commission dialogue vérité et réconciliation (CDVR) par Alassane Ouattara, en 2011, Charles Konan Banny a tenté de se construire une image d’opposant au pouvoir.

Lire sur le sujet : Présidentielle en Côte d’Ivoire : l’opposition lance un ultimatum de 48h au pouvoir

Au sein de la CNC, il a su cautionner, par sa présence, les discours plus radicaux des candidats de cette même formation, notamment Mamadou Koulibaly qui a depuis jeté l’éponge, qui menaçaient de boycotter l’élection si un dialogue n’était pas engagé entre le pouvoir et l’opposition sur le processus électoral que beaucoup de candidats jugent biaisé. Les candidatures retenues par le Conseil constitutionnel ne refléteraient pas toutes les tendances de l’opposition, le fichier électoral serait inégalement constitué, principalement de ressortissants du nord de la Côte d’Ivoire, considéré comme favorable à Alassane Ouattara, certaines personnalités de l’opposition auraient été arrêtées injustement.

Une candidature à contre-courant

L’opposition reproche également au Président-candidat d’avoir disposé des moyens financiers de l’Etat ivoirien pour faire campagne avant son début officiel. L’allocation de 100 millions de Fcfa à l’opposition, largement atteinte financièrement par le gel de comptes bancaires de personnalités à l’issue de la crise post-électorale de 2010, serait disproportionnée par rapport à l’argent dont disposerait le chef de l’Etat.

Lire sur le sujet : Côte d’Ivoire : Ouattara accusé de corrompre les candidats de l’opposition

Il est reproché au Président d’avoir aussi permis, de façon illégale, un deuxième mandat du président de la Commission électorale indépendante (CEI), Youssouf Bakayoko. Alassane Ouattara utilise un logo de campagne avec les trois couleurs du drapeau ivoirien, ce qui est interdit par le code électoral. La liste des griefs est longue. La candidature d’un des derniers poids lourds de la politique ivoirienne apporte une caution à une élection présidentielle qui, pour la plupart des Ivoiriens, semble sans réels enjeux.

Lire sur le sujet : Côte d’Ivoire/Présidentielle : « Pour beaucoup d’électeurs, les jeux sont faits », selon Richard Banégas

KKB, une épine dans le pied ?

Alors que certains opposants accusent Charles Konan Banny de pactiser avec le pouvoir dans l’attente d’une rétribution monétaire ou politique, ce cacique du PDCI (Parti démocratique de Côte d’Ivoire), qui ne jure que par l’ancien Président Félix Houphouët-Boigny, voit progressivement ses concurrents se retirer de la course.

Il ne reste que Kouadio Konan Bertin (KKB), membre du même PDCI, qui semble pouvoir être capable d’attirer des voix de sympathisants de l’ancien parti unique, le 25 octobre prochain, jour de l’élection, susceptible de manquer à ce patriarche de la vie politique ivoirienne pour accéder à un hypothétique second tour. Le candidat officiel pour le compte du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’Guessan, largement dépourvu d’un appui populaire qui s’est détourné de lui en faveur de l’aile dissidente dirigée par Abou Drahame Sangaré, n’apparaît pas comme un concurrent en mesure de perturber la campagne de Charles Konan Banny.

Lire sur le sujet : Côte d’Ivoire : qui est Abou Drahamane Sangaré, ce « gardien du temple » ?