Côte d’Ivoire : l’ONU appelle à une Présidentielle pacifique, inclusive, transparente et crédible

Mohamed Ibn Chambas

Après l’annonce de la candidature d’Alassane Ouattara au prochain scrutin présidentiel, la Côte d’Ivoire a enregistré une montée de manifestations, contestant l’intention du chef de l’État de briguer un troisième mandat. A l’approche de ce scrutin prévu le 31 octobre, l’Organisation des Nations Unies (ONU) plaide pour la tenue d’une élection présidentielle pacifique, inclusive, transparente et crédible.

L’Organisation des Nations Unies (ONU) encourage les Ivoiriens à la promotion de la paix et la cohésion sociale à l’approche de la tenue des élections générales, ce 31 octobre. Au terme de sa mission d’une semaine en Côte d’ Ivoire, Mohamed Ibn Chambas, Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel a noté la libération provisoire des détenus politiques ainsi que l’engagement de différents acteurs socio-politiques à œuvrer pour un processus électoral apaisé. Des signes positifs pour l’acheminement vers un scrutin électoral libre, transparent, apaisé et crédible.

Au cours de sa mission M. Chambas a eu des séances de travail avec les membres de l’Organisation des Nations Unies en Coté d’Ivoire, le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), les candidats à l’élection présidentielle et les acteurs de la Société civile. Pour le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, après le regain des violences enregistrées à l’approche du scrutin électoral du 31 octobre, les Ivoiriens doivent « agir en synergie et en concertation pour préserver l’unité et la paix ».

Un appel à la cohésion !

Face à la montée des discours de haine dans les médias sociaux et l’exclusion de certains candidats, le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel encourage les parties prenantes aux élections à œuvrer pour la paix et la stabilité. « Rejeter l’usage des discours de haine, la violence et toute forme de sectarisme et à s’engager pour un processus électoral apaisé et un scrutin présidentiel pacifique », a-t-il déclaré.

Notons que la mission de Mohamed Ibn Chambas intervient après le discours de la Haute- Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme, le 14 septembre dernier. Dans sa communication Michelle Bachelet avait dénoncé la montée des tensions dans ce pays.