Côte d’Ivoire : Gbagbo nomme un nouveau comité de gestion de la filière café-cacao

Le président ivoirien, Laurent Gbagbo, a signé, lundi, une ordonnance qui donne les pleins pouvoirs à un nouveau comité de gestion de la filière café-cacao. Un rôle autrefois dévolu aux structures à charge de la filière, dont la plupart des responsables sont sous mandat de dépôt, à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA).

Notre correspondante en Côte d’Ivoire

Gilbert Ano Nguessan est le nouveau président du Comité de gestion de la filière café-cacao. L’ancien directeur de la Compagnie ivoirienne pour le développement textile (CIDT) a été nommé par ordonnance présidentielle, hier, pour le bon déroulement de la campagne café-cacao 2008-2009 qui s’ouvre le 1er octobre 2008 en Côte d’Ivoire.

Il est assisté dans sa tâche de deux vices présidents et trois administrateurs provisoires. Ce comité, qui aura pour mission, pendant une durée de sept mois renouvelable, de superviser, coordonner et diriger les activités de la filière est également assisté d’un organe technique, le secrétariat permanent.

Cette décision du Chef de l’Etat intervient parallèlement aux procédures judiciaires en cours pour lever un pan de voile sur la gestion des anciens responsables des structures de la filière accusés de détournement de fonds et de gabegie de tous ordres.

Mettre fin à la gabegie

Avec l’ordonnance n°2008-259 du 19 septembre 2008 modifiant et complétant l’ordonnance n°2000-583 du 17 août 2000, fixant les objectifs de l’action économique de l’Etat en matière de commercialisation du café et du cacao, le président de la République a sonné la fin du règne des nombreuses structures à charges de la filière où, pendant plusieurs années, ont régné, palabres, disputes, concurrence et détournements. Elles avaient pourtant été créées par le Président de la République, dans sa volonté de libéralisation de la filière, en 2001, en « rendant le pouvoir aux paysans ».

Ainsi, le fond du développement et de promotion des activités des producteurs de café et de cacao (Fdpcc), le fond de régulation et de contrôle (Frc), la bourse du café et du cacao (Bcc), l’autorité de régulation du café et du cacao (Arcc) toutes ces anciennes filières à charges du café cacao, « se verront retirer pour une période de sept mois renouvelable, l’exercice des pouvoirs de gestion, de contrôle et de régulation qui leur étaient précédemment dévolus ».

Lire aussi :

 Une nouvelle structure va gérer la filière du cacao ivoirien

 Côte d’Ivoire : l’opération « mains propres » dans la filière café-cacao fait des victimes