Côte d’Ivoire-CPI: un procès Laurent Gbagbo/Charles Blé Goudé en avril 2016 ?

Ce mardi, au cours d’une conférence de mise en état à la Cour pénale internationale (CPI), l’avocat de Laurent Gbagbo a proposé de tenir le procès commun de son client et de Charles Blé Goudé en avril 2016. Il a plaidé la complexité du dossier.

L’avocat de Laurent Gbagbo, Emmmanuel Altit, a rencontré l’accusation, ce mardi, à la Cour pénale internationale, au cours d’une conférence de mise en état, en compagnie de celui de Charles Blé Goudé. Il a proposé de tenir le procès commun de l’ancien Président et de l’ex-chef des Jeunes Patriotes, en avril prochain.

L’équipe de la procureure Fatou Bensouda en charge de ce procès a ouvert les débats à La Haye. Elle a indiqué ne pas souhaiter la tenue d’un procès en octobre prochain, date initialement prévue pour le procès de Laurent Gbagbo. Le procès commun de l’ex-Président et de Charles Blé Goudé se tiendra au plus tôt en janvier 2016.

92 000 pages de preuves, 120 témoins

La Cour a indiqué ne pas vouloir être perturbée par l’élection présidentielle ivoirienne qui va se dérouler en octobre 2015 et éviter que le procès devienne un argument de campagne pour certains candidats.

Emmanuel Altit a ensuite plaidé pour débuter le procès en avril 2016, justifiant cette date par la complexité du dossier. « Avant, ce ne serait pas réaliste », a-t-il déclaré, selon APA. L’avocat de Charles Blé Goudé, Alexander Knoops, a approuvé cette date et a rappelé à la Cour que la défense a près de 92 000 pages de preuves à éplucher et doit préparer un contre-interrogatoire pour 120 témoins.

Les juges de la Cour pénale internationale (CPI) ont annoncé, le 11 mars dernier, que l’ex-Président ivoirien Laurent Gbagbo et l’ancien responsable des Jeunes Patriotes, Charles Blé Goudé, seront jugés au cours d’un même procès, sur demande de la procureure de l’institution, Fatou Bensouda.

Ils sont poursuivis pour le rôle présumé dans les violences de la crise post-électorale de 2010-2011 qui a fait autour de 3 000 morts, selon l’Organisation des Nations Unies.