Coronavirus : l’Afrique enregistre plus de 500 000 cas de COVID-19

Les infections à COVID-19 en Afrique ont dépassé les 500 000 cas officiellement déclarés et il y a des inquiétudes fortes car un nombre croissant de pays connaissent une augmentation importante du nombre de cas. Jusqu’à présent, en moins de cinq mois, le virus a fait 11 959 morts, dépassant les 11 308 décès liés à la pire épidémie d’Ebola au monde en Afrique de l’Ouest entre 2014 et 2016. Mais surtout, le pire est encore devant en Afrique.

Les cas ont plus que doublé dans 22 pays de la région au cours du dernier mois. Près des deux tiers des pays connaissent des cas de transmission communautaire. L’Algérie, l’Égypte, le Ghana, le Nigeria et l’Afrique du Sud représentent environ 71% des cas de COVID-19. L’Afrique du Sud représente à elle seule 43% du total des cas sur le continent.

Cependant, la tendance à l’accélération de la croissance n’est pas uniforme à travers le continent, certains pays enregistrant une augmentation régulière du nombre de cas, indiquant une pandémie prolongée. L’Érythrée, la Gambie, le Mali, les Seychelles et le Togo connaissent de longs temps de doublement et de faibles taux de croissance. Les Seychelles n’avaient pas enregistré de cas depuis près de deux mois, mais la semaine dernière, des dizaines de nouveaux cas importés étaient liés à des membres d’équipage d’un navire de pêche international. Il y a également des signes de progrès, 10 pays ayant connu une tendance à la baisse au cours du dernier mois. Bien que l’Égypte représente 15% des cas cumulés, elle a connu une baisse au cours de la semaine dernière.

«Avec plus d’un tiers des pays africains ayant doublé leur nombre de cas au cours du mois dernier, la menace de COVID-19 sur les systèmes de santé fragiles sur le continent s’intensifie», a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, directeur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Afrique. «Jusqu’à présent, le continent a évité la catastrophe et si les pays continuent de renforcer les mesures clés de santé publique telles que les tests, la recherche des contacts et l’isolement des cas, nous pouvons ralentir la propagation du virus à un niveau gérable

Quatre-vingt-huit pour cent des infections à COVID-19 concernent des personnes âgées de 60 ans et moins, probablement en raison de la population relativement jeune de l’Afrique. Cependant, la probabilité de mourir du COVID-19 augmente avec l’âge et l’existence de comorbidités, le risque de décès chez les patients âgés de 60 ans et plus étant 10 fois plus élevé que ceux de moins de 60 ans.

« Les communautés à travers le continent ont un rôle crucial à jouer dans le contrôle de la pandémie, d’autant plus que les pays commencent à assouplir les fermetures et à ouvrir leurs frontières« , a déclaré le Dr Ahmed Al-Mandhari, directeur de l’OMS pour la Méditerranée orientale. « Alors que les gouvernements continuent de mettre en œuvre des mesures de santé publique, les individus doivent rester aussi prudents et vigilants que jamais pour se protéger eux-mêmes, leurs familles et leurs communautés. Le lavage des mains, l’utilisation de masques, l’éloignement physique et d’autres mesures préventives sont essentiels pour contrôler la transmission et sauver des vies. , et en veillant à ce que les systèmes de santé déjà submergés ne soient pas mis à rude épreuve.  »

Alors que COVID-19 continue de se propager, des milliers d’agents de santé sont également tombés malades. L’équipement et la protection des agents de santé sont l’un des piliers centraux de la réponse COVID-19.

L’OMS s’efforce d’aider les pays à réagir au COVID-19 en fournissant des conseils techniques et des équipements médicaux essentiels et a formé à distance plus de 25 000 agents de santé. L’OMS a également organisé plus de 420 expéditions d’équipements clés, dont plus de 3 000 concentrateurs d’oxygène, 23 000 machines de test de diagnostic GeneXpert et près de 4 millions d’équipements de protection individuelle pour les personnels de santé.

Carte interactive remise à jour quotidiennement