COP28 à Dubaï : Entretien exclusif avec Carla Haddad Mardini de l’UNICEF


Lecture 10 min.
Carla Haddad Mardini, directrice de la Collecte de fonds privés et des partenariats à l'UNICEF
Carla Haddad Mardini, directrice de la Collecte de fonds privés et des partenariats à l'UNICEF

La COP28 se déroule actuellement aux Emirats Arabes Unis, avec des enjeux majeurs, notamment l’urgence d’une action climatique commune. Opportunité saisie par l’UNICEF pour rappeler le devoir de l’institution  de soutenir la lutte de la génération climat avec les jeunes au centre de cette préoccupation climatique.

Un milliard d’enfants sont menacés par la crise climatique, alors que leurs droits, leurs besoins et leurs avenirs sont pratiquement absents des politiques, des actions et des investissements en matière de climat. Les jeunes ne doivent pas être exclus de la table des discussions, estime l’UNICEF qui appelle les dirigeants et les entreprises à faire de la COP28 une occasion unique d’œuvrer pour et avec les jeunes. L’UNICEF saisit l’opportunité de cette énième COP pour réitérer son appel à placer les enfants et leur bien-être au cœur des discussions et à prendre en compte leurs vulnérabilités spécifiques, leurs droits. A cet effet, Afrik.com s’est entretenu avec Carla Haddad Mardini, directrice de la Collecte de fonds privés et des partenariats à l’UNICEF.

Entretien exclusif

Quelles sont les attentes de l’UNICEF pour la COP28 aux Émirats Arabes Unis ?

Nous sommes présents à la COP28 à Dubaï pour veiller à ce que la crise climatique soit reconnue comme une crise des droits de l’enfant. L’objectif principal de l’UNICEF est de soutenir et d’amplifier les appels des jeunes en faveur d’une action climatique urgente et plus ambitieuse. Leurs voix doivent être entendues par les dirigeants mondiaux en ce moment crucial.

Nous avons participé à plusieurs événements et forums, à des réunions bilatérales, y compris avec des enfants et des jeunes. Notre objectif à la COP28 a toujours été de créer des opportunités sur scène et dans les salles de réunion pour que les enfants aient une plateforme significative et tiennent le micro.

Lors de la COP28, nous nous sommes également engagés auprès des gouvernements et d’autres acteurs clés pour encourager une action climatique audacieuse, notamment en réduisant les émissions mondiales, en rendant les services essentiels dont dépendent les enfants résistants au climat et en soutenant la participation significative des enfants et des jeunes dans les processus climatiques.

Comme toujours, la contribution de l’UNICEF est de partager les preuves de l’impact du changement climatique sur les enfants et les jeunes et de travailler pour que ces éléments soient pris en compte dans les négociations et les décisions sur le climat.

Les COP précédentes ont-elles répondu aux attentes de votre institution ?

La COP est le seul forum où tous les pays se réunissent pour prendre des décisions sur l’action climatique et évaluer les progrès accomplis. C’est le seul forum officiel où les principaux émetteurs de carbone et les pays les plus vulnérables aux conséquences de cette pollution se réunissent pour discuter de solutions concrètes. Si ce processus des Nations Unies n’existait pas, il faudrait l’inventer.

Une transition plus rapide et plus équitable vers une économie à faibles émissions de carbone est une opportunité pour les enfants de vivre une vie plus saine, plus heureuse et plus prospère

Et il y a eu des progrès – lors de l’accord de la COP21 en 2015, pour la toute première fois, quelque chose de capital s’est produit : tous les pays ont accepté de travailler ensemble pour limiter le réchauffement climatique à bien moins de 2 degrés et viser 1,5 degré. La grande majorité des nations ont maintenant ratifié l’accord.

À la suite de la COP26, l’importance de la participation des enfants et des jeunes a été de plus en plus reconnue. En tant qu’UNICEF, nous nous efforçons de faire en sorte que cela se reflète dans les futures COP et que les enfants et les jeunes soient présents, participent et ne soient pas relégués à l’écart.

Quels efforts les pays développés doivent-ils fournir pour parvenir à une solution climatique équitable et durable ? / L’Afrique, qui produit très peu de gaz à effet de serre, souffre le plus des conséquences du changement climatique. Comment interprétez-vous cette situation et quelle(s) solution(s) pourrait(ent) être apportée(s) à ce déséquilibre ?

Les pays développés doivent redoubler d’efforts pour parvenir à une transition climatique juste, d’une manière aussi équitable et inclusive que possible pour toutes les parties concernées, en particulier les enfants et les jeunes. À cet égard, les dirigeants mondiaux doivent redoubler d’efforts pour combler le fossé des émissions et accélérer la transition des combustibles fossiles vers les énergies renouvelables. Les économies développées – en particulier les principaux émetteurs – doivent parvenir à des émissions nettes nulles le plus près possible de 2040 et soutenir les économies émergentes en leur apportant le savoir-faire et les moyens financiers nécessaires pour atteindre leurs objectifs à l’horizon 2050. Cela permettra d’éviter l’aggravation de la crise climatique pour les enfants et les jeunes.

Malheureusement, les enfants et les jeunes sont déjà victimes des chocs climatiques dans des régions comme la Corne de l’Afrique et le Sahel. L’UNICEF est conscient des compétences essentielles, des expériences vécues et des idées qu’ils possèdent et qui pourraient profiter aux sociétés du monde entier. Ils doivent être des partenaires dans l’élaboration de solutions, en particulier dans le domaine de l’adaptation.

En fin de compte, une transition plus rapide et plus équitable vers une économie à faibles émissions de carbone est une opportunité pour les enfants de vivre une vie plus saine, plus heureuse et plus prospère. L’air pur, l’eau salubre et l’accès à un régime alimentaire nutritif et propre sont les éléments de base dont tous les enfants ont besoin pour survivre et s’épanouir. Les mesures de décarbonisation qui réduisent les émissions pourraient également entraîner une diminution de l’asthme chez les enfants et des effets néfastes à la naissance, tels que l’insuffisance pondérale. La transition vers une économie à faibles émissions de carbone offre également aux enfants et aux jeunes la possibilité d’acquérir de nouvelles compétences et de trouver de nouvelles opportunités d’emploi sur un marché du travail nouveau et en pleine expansion dans le domaine des énergies propres et de la durabilité.

Au minimum, les pays développés doivent respecter l’accord conclu lors de la COP26, à savoir doubler le financement de l’adaptation pour atteindre 40 milliards de dollars par an, d’ici à 2025

Des investissements sont particulièrement nécessaires pour la préparation au climat, la réduction des risques de catastrophe et l’adaptation des secteurs critiques pour les enfants tels que l’eau, l’assainissement et l’hygiène, la santé, la nutrition, l’éducation, la politique sociale et la protection de l’enfance. Au minimum, les pays développés doivent respecter l’accord conclu lors de la COP26, à savoir doubler le financement de l’adaptation pour atteindre 40 milliards de dollars par an, d’ici à 2025. Ce qui constituera une étape vers la mise à disposition d’au moins 300 milliards de dollars par an pour l’adaptation, d’ici à 2030. En outre, le financement de l’adaptation doit représenter la moitié de l’ensemble du financement de la lutte contre le changement climatique.

L’UNICEF appelle les dirigeants et les entreprises à faire de la COP28 une occasion unique de travailler pour et avec les jeunes…

Nous manquons rapidement de temps pour prendre des mesures climatiques significatives afin de protéger les enfants du monde. La COP28 représente une occasion cruciale d’accélérer cette action et de conclure le premier bilan mondial des progrès accomplis. La crise climatique est une crise des droits de l’enfant. Elle représente une menace sans précédent pour la santé, la nutrition, l’éducation, le développement, la survie et le potentiel futur de tous les enfants. C’est pourquoi nous travaillons avec nos partenaires aux niveaux mondial, régional et local pour faire en sorte que les enfants puissent vivre dans un environnement sûr et propre.

L’UNICEF est particulièrement bien placé pour faire face à la crise. Nous avons une longue histoire d’adaptation des services sociaux à des contextes changeants, et nous pouvons travailler avec les gouvernements, la société civile et le secteur privé pour faire de même face à la crise climatique. L’UNICEF peut rendre les services sociaux « intelligents face au climat », afin qu’ils soient écologiques, à faible émission de carbone, résilients et qu’ils continuent à répondre aux besoins des enfants avant, pendant et après les chocs.

Nous disposons également du plus grand réseau d’approvisionnement du système des Nations Unies. Plus de 1 300 employés de l’UNICEF basés dans 116 pays coordonnent, chaque jour, l’achat et la livraison de fournitures dans le monde entier. L’UNICEF s’est engagé à travailler avec ses partenaires pour tirer parti de ses actifs, de son pouvoir d’achat et de ses réseaux afin d’assurer la durabilité de sa chaîne d’approvisionnement dans le domaine de l’aide humanitaire et des secteurs sociaux clés.

Nous savons que chaque enfant est exposé aux risques climatiques et qu’un milliard d’enfants vivent dans des pays extrêmement menacés par les effets du changement climatique

Selon vous, quelles sont les solutions nécessaires pour parvenir à cette justice climatique tant prônée ?

Il y a tellement de solutions différentes nécessaires pour parvenir à la justice climatique, d’une manière qui soit juste et équitable pour tous. Mais voici quatre priorités de la réponse de l’UNICEF en matière de climat :

  1. Accélérer la transition vers des sources d’énergie 100% propres afin d’atteindre les objectifs de zéro net le plus près possible de 2040 et soutenir les économies émergentes en leur apportant le savoir-faire et les financements nécessaires pour atteindre leurs objectifs de 2050. Cela devrait se faire par le biais d’une transition juste qui respecte les droits de chaque enfant.
  2. Investir dans l’adaptation des services essentiels tels que les soins de santé, l’éducation et l’eau, y compris par des solutions énergétiques durables, et dans la réduction des risques en fonction du climat, l’action humanitaire et le relèvement après les catastrophes.
  3. Donner à chaque enfant et à chaque jeune l’éducation, les compétences vertes et les possibilités dont il a besoin pour participer à une économie verte et devenir un champion de la planète.
  4. Influencer et encourager les gouvernements à adopter des politiques qui protègent les enfants des effets du changement climatique et de la dégradation de l’environnement, à réduire le déficit de financement massif pour l’adaptation au climat et à créer un environnement politique, économique et réglementaire favorable pour que les entreprises puissent jouer leur rôle.

Concrètement, que peut attendre le continent africain de la COP28 ? Un milliard d’enfants menacés par la crise climatique. Un chiffre très élevé, puisqu’il représente un huitième de la population mondiale. Preuve que la situation est plus qu’alarmante. Que préconise l’UNICEF comme solution à cette menace qui pèse sur les enfants ?

Concrètement, la vision de l’UNICEF pour la COP28 est de placer les enfants et leurs droits au centre des résultats, afin que les dirigeants du monde puissent s’assurer que les vulnérabilités, les besoins et les droits uniques des enfants sont respectés, promus et pris en compte dans tous les aspects de l’action climatique. Nous demandons aux dirigeants d’intégrer les enfants dans la décision finale de couverture de la COP28 et d’organiser un dialogue d’experts sur les enfants et le changement climatique ; d’intégrer les enfants et l’équité intergénérationnelle dans l’inventaire mondial (GST) ; d’inclure les enfants et les services essentiels résilients au climat dans la décision finale sur l’objectif mondial pour l’adaptation (GGA) ; et de s’assurer que le Fonds pour les pertes et dommages et les accords de financement sont adaptés aux enfants et que les droits de l’enfant sont intégrés dans la gouvernance et le processus de prise de décision du Fonds.

Partout dans le monde, nous sommes témoins des innombrables façons dont les enfants et leurs communautés sont déjà affectés par la crise climatique, ici et maintenant. Nous savons que chaque enfant est exposé aux risques climatiques et qu’un milliard d’enfants vivent dans des pays extrêmement menacés par les effets du changement climatique. L’incapacité mondiale à faire face à la crise climatique a créé une crise des droits de l’enfant et a bouleversé la vie des enfants partout, même dans les pays à revenu élevé. Le monde n’en fait pas assez pour protéger les enfants.

Les enfants et les jeunes devraient être en première ligne dans la prise de décision. Leur voix compte, leur avenir aussi.

Avatar photo
Journaliste pluridisciplinaire, je suis passionné de l’information en lien avec l’Afrique. D’où mon attachement à Afrik.com, premier site panafricain d’information en ligne
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter