Convaincue du soutien de Kigali au M23, la RDC suspend les vols de Rwandair sur son territoire

Félix Tshisekedi, Président de la RDC
Le Président de la RDC, Félix Tshisekedi

Entre Kinshasa et Kigali, la tension est sur le point d’atteindre son paroxysme, s’il ne l’a pas déjà atteint. Plus d’avions de Rwandair sur le territoire congolais, depuis vendredi. Et l’ambassadeur du Rwanda à Kinshasa a été convoqué.

La compagnie aérienne du Rwanda, Rwandair, est interdite de vol en RDC. C’est l’une des grandes décisions prises, vendredi 27 mai, dans la soirée, par le gouvernement congolais, à l’issue d’une réunion d’urgence du conseil supérieur de la défense présidée par Félix Tshisekedi en personne. La rencontre a connu la participation, non seulement des généraux de l’armée congolaise, mais également des présidents des deux chambres du Parlement, du représentant du pouvoir judiciaire, entre autres. De même, la convocation de l’ambassadeur du Rwanda en RDC a été actée. Le diplomate se verra notifier la désapprobation totale du gouvernement congolais convaincu du soutien de Kigali au M23, en dépit des dénégations des autorités rwandaises.

Pour les autorités congolaises, ce soutien ne souffre, en effet, d’aucune ambiguïté. En témoignent ces propos de Patrick Muyaya, ministre congolais de la Communication et des Médias au sortir de la réunion : «Les effets militaires trouvés sur place, les images détenues par nos forces armées, ainsi que les témoignages recueillis auprès de nos populations démontrent à suffisance que le M23 est soutenu par l’armée rwandaise. Cette attitude récidiviste vise clairement à torpiller nos efforts de pacification engagés dans le cadre du processus de Nairobi».

Désormais, la RDC considère le M23 comme un mouvement terroriste et l’exclut donc des discussions en cours à Nairobi. Ces nouveaux développements sont la conséquence logique de la reprise, il y a quelques jours, des affrontements entre le mouvement rebelle et les FARDC. Les efforts de rapprochement observés en 2021 entre les deux États qui, depuis 1994, entretenaient des relations très tendues semblent désormais annihilés. Et les vieux démons semblent plus que jamais réveillés.

A lire : La tension monte à Goma : Kinshasa accuse, Kigali dément