Congo to Cuba

La salsa est un héritage métissé de l’Afrique. La compilation Putumayo,  » Congo to Cuba « , nous invite à découvrir l’âme d’une musique partagée par deux cultures cousines. Un bon travail de sélection pour un album tout en saveurs. A partager.

La salsa n’est pas le seul apanage de Cuba : elle est également une des musique d’Afrique. Les rythmes jadis apportés par les esclaves se sont mués au fil du temps pour se développer en un propre courant musical qui conserve ses racines en Afrique. Quand il revient sur le continent, il n’est pas étonnant de voir les artistes se l’approprier avec autant de facilité, comme en témoigne la belle compilation, Congo to Cuba, du label américain Putumayo. Un album qui navigue d’une rive à l’autre et révèle toute la force d’un héritage artistique partagé.

Bénin, République démocratique du Congo, Mali, Guinée, Gambie, Sénégal, la musique cubaine a su se réexporter sur toute la côte ouest africaine. Africando est actuellement la seule figure de la salsa africaine ; Il a pourtant existé toute une production complètement éclipsée depuis les années 80 par la soukouss, le ndombolo (Congo) ou encore le zouglou (Côte d’Ivoire).

Parfums d’Afrique

Il eut été surprenant de ne pas voir figurer le grand Gnonnas Pedro dans la playlist. Le Béninois, pionnier du collectif panafricain Africando, reprend ici à son compte  » Yiri, yiri boum  » un classique cubain, avec une réorchestration feutrée et pleine d’authenticité. Présents également le Sénégalais Pap Fall (African Salsa) et l’ensorceleuse Tshala Muana – la star congolaise (RDC) interdite en Ouganda et en Zambie à cause de sa trop provocante sensualité-. Nous noterons aussi la plaisante version de  » Hasta siempre « , la célèbre chanson hommage à Che Guevara, de Balla Tounkara (Mali) qui aura eu la belle audace de mêler une cora à la nouvelle instrumentalisation.

La compilation n’a malheureusement retenu aucun morceau de la production contemporaine dans sa sélection. Mais nul ne regrettera pourtant le voyage. Plaisir de la découverte, le disque habille l’atmosphère d’une ambiance épicée et relaxante. Il s’écoute d’une traite. Une valeur sûre pour un cadeau. Un beau cadeau à s’offrir.

[Commander le disque->] : Congo to Cuba, Putumayo, 2002

Lire aussi :

Musique : salsa à la sauce gombo.

Orchestra Baobab renaît de ses cendres.