Condamnations à mort dans l’affaire Chokri Belaïd


Lecture 2 min.
Chokri Belaïd
Chokri Belaïd

Quatre accusés dans le procès pour l’assassinat de l’avocat et opposant tunisien Chokri Belaïd en 2013 ont été condamnés à la peine de mort, a annoncé le procureur général adjoint Aymen Chtiba, le 27 mars 2024.

Onze ans après l’assassinat de Belaïd

C’est le premier verdict prononcé dans cette affaire, onze ans après l’assassinat de Belaïd, figure de l’opposition de gauche qui avait bouleversé la Tunisie. Deux autres accusés ont été condamnés à la prison à perpétuité, tandis que d’autres peines de prison ont été prononcées, allant de deux à cent vingt ans. Cinq personnes ont été acquittées.

Un moratoire sur la peine capitale est en vigueur en Tunisie depuis 1991. Chokri Belaïd, 47 ans, ancien secrétaire général du Parti des patriotes démocrates unifié, a été assassiné par balles le 6 février 2013 devant son domicile. L’organisation Daech a revendiqué cet assassinat politique qui a provoqué une vague de manifestations et conduit à la dissolution du gouvernement de Hamadi Jebali.

Un procès « politique » ?

Vingt-trois personnes avaient été inculpées pour cet assassinat qui a marqué un tournant dans la transition démocratique tunisienne. Le verdict de ce procès est une étape importante pour la justice tunisienne et pour les familles des victimes. Reste à savoir si les condamnés à mort seront effectivement exécutés ou si leurs peines seront commuées en prison à vie.

Le verdict du procès Chokri Belaïd a été accueilli avec des réactions mitigées. Les familles des victimes ont salué la décision de la justice, tandis que les avocats de la défense ont dénoncé un procès « politique ». Des organisations de défense des droits humains ont également exprimé leur inquiétude face aux condamnations à mort, rappelant le moratoire en vigueur en Tunisie.

La peine de mort et son application en Tunisie

L’assassinat de Chokri Belaïd a eu lieu dans un contexte politique tendu, juste après la chute du régime de Ben Ali et le début de la transition démocratique en Tunisie. L’opposition de gauche, dont Belaïd était une figure de proue, accusait le gouvernement d’Ennahdha, d’inspiration islamiste, de complaisance envers les groupes extrémistes.

Le verdict du procès Belaïd est une étape importante pour la justice tunisienne, mais il ne met pas un terme à l’affaire. Les familles des victimes attendent toujours que tous les responsables soient identifiés et traduits en justice. Le verdict soulève également des questions sur la peine de mort et son application en Tunisie.

Avatar photo
Je suis passionné de l’actualité autour des pays d’Afrique du Nord ainsi que leurs relations avec des États de l’Union Européenne.
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter