Concert de Baba Sissoko et Ousman Danedjo

498.jpg

Concert parisien de Baba Sissoko et Ousman Danedjo le 9 février 2009 au New Morning. Venez assister à ce spectacle et laissez-vous transporter au cœur de l’Afrique au rythme des mélodies et autres percussions endiablées.

Baba_Sissoko2.jpgBaba Sissoko

Musicien rare, Baba Sissoko est descendant d’une grande dynastie de « Griots », représentations errantes qui détiennent et transmettent le savoir, la tradition, l’histoire et la culture locale. Côté collaborations artistiques, De Dee Bridgewater, Sting, Rokia Traoré, François Kokelaere à Salif Keita, ce trublion du tamani (tambour parleur) et du ngoni (petit luth), il est un musicien-interprète très apprécié.
Avec Djekafo, son dernier album, il signe un nouvel hommage dédié au Mali, en restituant une musique empreinte de tradition, avec plus de simplicité et de légèreté que d’habitude. Comme s’il retrouvait un instant sa place de griot, de catalyseur d’énergie, avec ses frères et ses soeurs. En 2007, le gouvernement Malien attribue à Baba Sissoko le prix de « Tamani d’or »

Ousman Danedjo 498.jpg
Parcours atypique de cet auteur – compositeur – interprète… François Glowinski est devenu Ousman Danedjo en Casamance en 1994. Cette date marquera le début d’une longue série d’allers-retours entre la France et le Sénégal durant lesquels il s’immerge, s’imprègne des gens, du quotidien, des langages. Mais c’est à Paris, en faisant les choeurs et les claviers aux côtés de Siré Camara qu’ Ousman commence à chanter en wolof, en peul ou en bambara. Son premier album Enelmedio est une rencontre, un carrefour musical entre l’Afrique, le Brésil et le jazz. Il évolue par la suite aux côtés de musiciens issus de la soul, du jazz ou de la bossa nova, tout en gardant dans son chant, dans son jeu, cette « empreinte » africaine. La fusion opère sur scène et la voix d’Ousman, claire, énigmatique, mène le public dans son univers, au delà des frontières.