Comment enrayer la crise alimentaire au Niger ?

Le Niger est en proie à une grave crise alimentaire. La junte au pouvoir a facilité la mobilisation des ONG et des bailleurs en lançant, dès le 11 mars, un appel à l’aide internationale. Ces efforts semblent pourtant insuffisants. Le point sur la situation.

Trois mois après l’appel à l’aide internationale lancé par le gouvernement, la crise alimentaire « est en train de devenir pire au Niger ». Le constat a été fait il y a une semaine par la commissaire européenne à l’aide humanitaire, Kristalina Georgieva. Arrivée au pourvoir en février dernier, à la suite d’un coup d’Etat contre le président Mamadou Tandja, la junte avait déclaré, le 11 mars, un état d’insécurité alimentaire critique et lancé un appel à une assistance internationale. L’initiative avait facilité la mobilisation des agences et des bailleurs, mais les efforts semblent insuffisants alors que s’ouvre au Niger la délicate période de soudure (qui débute en juin avec la campagne agricole pour se clore en septembre avec les récoltes). En raison d’une campagne agricole 2009 marquée par la sécheresse, le Niger est en proie à une grave crise alimentaire.

Un aide mieux organisée

La plupart des ONG au Niger estiment toutefois que les aides humanitaires sont mieux préparées et organisées par rapport à 2005 où, sans l’aide financière demandée par l’Onu, la famine avait touché 2,4 millions de Nigériens et causé la mort de plus de 100 000 personnes. « En raison d’importants tonnages de céréales injectés dans les circuits de la vente à prix modérés et de distribution gratuite de vivres, la situation des populations rurales et urbaines vulnérables s’est beaucoup améliorée », indique Ibrahim Maman Tantan, un représentant de la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) au Niger, joint par Afrik.com. Dans le cadre de son programme d’appui en semences d’urgence, l’agence onusienne apporte une contribution de 3009 tonnes de semences améliorées de mil, niébé et Sorgho. « Soit 84% de la requête initiale du gouvernement », selon M. Tantan. Pour ce qui concerne l’aide en aliments pour bétail, destinée en priorité aux zones les plus affectés en déficit fourrager, plus de 6000 tonnes sont placées dans toutes les régions du pays. « Avec les nouveaux financements récemment acquis, la FAO devrait couvrir à hauteur 143% les besoins exprimés », ajoute M. Tantan.

Les femmes et les enfants d’abord

Le Programme alimentaire mondial (PAM) ne semble pas, non plus, avoir été pris de court par la crise. « Nous avons vu venir les choses », indique la chargée de l’information auprès de l’organisation au Niger Aline Samu, contactée par Afrik.com. « Nous avons très tôt commencé à chercher les financements. Nous avons d’ailleurs lancé, dès janvier, nos activités de nutrition. La crise alimentaire de 2005 nous a servi », explique-t-elle. A travers un programme d’appui à la nutrition, le PAM porte une attention particulière aux mères et aux enfants vulnérables auxquels sont distribués des denrées spécifiques, de l’huile de palme ainsi qu’un mélange de farine de blé et de Soja notamment. Ces produits n’étant pas disponibles en grandes quantités dans la région, ils sont souvent importés d’autres continents. « L’inconvénient avec l’achat international, c’est que cela prend du temps, note Aline Samu. Entre le moment où nous recevons la confirmation de la contribution et celui où les denrées arrivent, cela prend de 3 à 5 mois ». Le PAM mène également des activités dites de secours auprès de la population, qui consiste en la distribution de denrées alimentaires souvent acquises localement, car disponibles dans les pays limitrophes. Un peu plus d’un million de personnes en ont à ce jour bénéficié. Mais à cause du manque de moyens, les objectifs n’ont pas pu être atteints. « Nous n’avons pour l’instant effectué que deux tours de distribution. Au premier tour, nous n’avons pu distribuer que des céréales alors que nous avions prévu des paniers complets. Au deuxième tour, nous avons pu fournir, en plus, des haricots », raconte Aline Samu.

La faim se lit sur les visages

Le PAM a réclamé 82 millions de dollars pour ses opérations au Niger jusqu’à décembre 2010. Aujourd’hui, 51% des contributions demandées ont été satisfaites. La FAO a de son côté reçu 53% du montant de l’aide demandée. Rien qu’« à Maradi (sud du Niger), 3 millions de personnes éprouvent de sérieux besoins alimentaires. (…) La faim se lit sur les visages de populations », avait déclaré Kristalina Georgieva lors de sa visite à Niamey la semaine dernière. Selon l’Onu, plus de 7 millions de Nigériens, soit plus de la moitié de la population, sont en état d’insécurité alimentaire, sur les quelques 10 millions de personnes touchées au Sahel.

La crise alimentaire en chiffres

Selon une enquête réalisée par le Programme Alimentaire Mondiale (PAM) en avril 2010, l’insécurité alimentaire affecte 47,7% de la population, soit 7,1 millions de personnes. L’étude révèle que l’insécurité alimentaire sévère touche 22,2% de la population, soit 3,3 millions de personnes tandis que l’insécurité alimentaire modérée affecte 25,5% de la population, soit 3,8 millions de personnes. Les ménages les plus durement touchés sont ceux tenus par des femmes. Le taux de prévalence de l’insécurité alimentaire y est de 10% supérieur par rapport aux ménages dirigés par les hommes.

C’est la région de Maradi, capitale économique du pays, qui est la plus touchée par cette crise. Plus de 29% de ses habitants sont en proie à une insécurité alimentaire sévère.

Selon les résultats d’une enquête menée conjointement avec l’Unicef et le gouvernement nigérien, en juin 2009, le taux de malnutrition aiguë au niveau national se situerait à 12,3%. Moins de la moitié de la population (41%) a accès aux services de santé de base et un enfant sur 5 meurt avant d’atteindre l’âge de 5 ans. Jusqu’à avril 2010, la malnutrition des enfants de moins de cinq ans a été signalée dans près de 9 villages sur 10 (87,6%).

Dans l’ensemble, près de la moitié des villages, soit 47,4%, ont été confrontés à une baisse de revenu agricole au cours des douze derniers mois, selon le PAM. La production céréalière de la campagne 2009/2010 a été estimée à 3 421 122 tonnes contre 4 905 200 tonnes en 2008, une baisse de 31%.
Quant à la production fourragère, elle a enregistré un déficit record de 16 137 329 tonnes de matières sèches, soit 67% des besoins du cheptel national. Sur le marché de Maradi, l’un des plus importants du pays, le prix du mil a enregistré une hausse de 18% en mars 2010 par rapport à la moyenne des cinq dernières années.

Lire aussi :

 La famine aux portes du Sahel

 Menace de famine au Niger