Colère et soupçons en Guyane

L’inconcevable silence de la Préfecture de Guyane après les cinq explosions entendues samedi 21 juin à l’aube dans les localités les plus proches de Kourou suscite incompréhension et défiance dans la population.

Imaginerait-on un tel silence à Lyon si cinq explosions spectaculaires avaient réveillé les habitants de Feyzin, localité où se trouve une importante raffinerie de pétrole, ou à Grenoble, si les villes de la vallée de la Maurienne avaient été secouées un beau matin par cinq déflagrations successives?

Inexplicable silence

Comment accepter que les citoyens guyanais soient tenus dans l’ignorance des causes d’un événement grave, qui révèle peut-être des dangers durables ou des défaillances graves des systèmes de protection civile ou militaire, en particulier dans les dépôts de carburants des fusées, au centre spatial de Kourou, ou dans les dépôts d’explosifs destinés aux forces de sécurité qui protègent cette zone sensible?

Comment accepter que le laconique communiqué du Préfet de Guyane (« circulez, il n’y a rien à voir ») soit la seule expression publique des autorités, à la fois localement et nationalement, les médias français pratiquant une parfaite « omerta », cette loi du silence que les mafieux s’imposent?

Courroux à Kourou

Les Guyanais se sentent actuellement moqués, ou à tout le moins méprisés, par une attitude inexplicable des pouvoirs publics, qui ne sauraient, quarante-huit heures après les explosions, ignorer sérieusement leur origine réelle, le site exact où elles se sont produites et les effets qu’elles ont causés…

Mais sur tout cela, pas un mot d’explication, pas un commencement d’éclaircissement… De quoi a-t-on peur? Quel linge sale veut-on laver en cachette, quelles traces veut-on effacer ou quelle menace bien réelle veut-on taire?

Que veut-on cacher aux Guyanais, et au-delà des seuls Guyanais, que veut-on laisser ignorer aux Français, quelle faille dans les systèmes de sécurité, quelle intrusion, quelle agression? Que redoutent les pouvoirs publics?

Continuer à faire silence, c’est donner crédit aux plus folles rumeurs. Rares sont les peuples qui sont sauvés par la politique de l’autruche!

Crédits photos : site officiel du CNES-Guyane
Campagne Ariane 5 ECA – SKYNET 5C – TÜRKSAT 3A
Transfert lanceur du BIL au BAF – 06.05.08