Arrestation d’un consultant belgo-portugais en Centrafrique


Lecture 3 min.
Prison
Prison

Joseph Figueira Martin, un citoyen belgo-portugais de 41 ans, spécialiste reconnu des questions de transhumance et de pastoralisme, est détenu en Centrafrique depuis un mois. Collaborateur chevronné pour des organisations telles qu’international Crisis Group, Global Witness, African Parks, et l’Union européenne, il était en mission à Zemio comme consultant pour l’ong américaine FHI 360. Accusé d’atteinte à la sûreté de l’État et d’espionnage, les charges contre lui incluent la mise en place d’une « branche internationale terroriste » avec des ramifications dans six pays.

Son arrestation par les forces de Wagner, soutenues par la milice Azandé, a provoqué une onde de choc.

Une arrestation controversée qualifiée d’ « injustice évidente »

Les circonstances entourant l’arrestation de Figueira soulèvent de nombreuses questions. Selon le procureur Benoit Narcisse Foukpio, l’enquête vise à prouver les liens présumés de Figueira avec des groupes armés et ses supposés plans subversifs. Cependant, plusieurs observateurs dénoncent cette arrestation comme une manœuvre politique orchestrée par Wagner, remettant en cause l’indépendance de la justice centrafricaine.

La famille de Joseph Figueira Martin est sortie de son silence, dénonçant ce qu’elle qualifie d’ « injustice évidente ». Dans un communiqué, Georges Martin, le frère de Joseph, réfute catégoriquement les accusations portées contre lui, et les qualifie de fallacieuses. Il critique également le manque de soutien de l’ong FHI 360, pour laquelle Joseph travaillait au moment de son arrestation.

A Lire aussi : Centrafrique : Société chinoise accusée de soutenir des milices

Des accusations de kompromat

Les accusations portées contre Figueira ne sont pas isolées. Deux ressortissants franco-algériens, Haçade Bensalem et Samir Antonio Osmani, ont également été arrêtés dans des conditions similaires. Les preuves contre eux, notamment des armes et des sommes d’argent, ont rapidement circulé sur les réseaux sociaux pro-russes, et alimenté les soupçons de kompromat – un terme russe désignant des documents compromettants, souvent fabriqués pour nuire à une personnalité.

Un système judiciaire sous influence et les répercussions politiques

Les critiques abondent quant à l’indépendance du système judiciaire centrafricain, de plus en plus perçu comme un outil de répression politique sous le contrôle de Wagner. L’arrestation de Joseph Figueira Martin est vue par beaucoup comme une tentative de pression sur l’Union européenne, le Portugal, et la Belgique – des partenaires clés pour Touadéra.

Cette affaire survient dans un contexte de tensions entre la Russie et la France, alors que les relations entre Bangui et Paris se réchauffent. Le Président centrafricain Faustin-Archange Touadéra, qui entretenait des relations avec les négociants franco-algériens, a exprimé son irritation face à ces arrestations, qu’il tente de résoudre discrètement.

Newsletter Suivez Afrik.com sur Google News