Centrafrique : 240 professionnels à l’école du « leadership transformationnel »

Deux ateliers de formation ont été ouverts le 24 à Bangui par le Campus pour Christ, organisation dirigée par M. Ido Conférence Malessembé. Les 240 participants dont 120 professeurs de l’Université de Bangui et 120 professionnels se sont formés au leadership transformationnel.

(De notre correspondant)

Implanté en Centrafrique depuis 25 ans, le Campus pour Christ entend non seulement entreprendre dans le cadre religieux comme le définit sa mission première ; mais également contribuer à l’émergence de la République centrafricaine dans tous les domaines. Le Campus pour Christ organise un certain nombre d’évènement pour promouvoir la jeunesse, ou aider à la formation à travers les nombreux séminaires d’échange et de partage organisés à l’intention des Centrafricains.

La semaine du 24 au 29 septembre est donc marquée par une vaste campagne de séminaires de formation à l’endroit des leaders de toutes les couches sociales, y compris les plus hautes autorités de l’Etat centrafricain. Le premier tour de ces séminaires a regroupé plus de 120 professeurs de l’unique université nationale et 120 professionnels. D’autres tranches de séminaires prévues dans cette campagne de renforcement des capacités regrouperont les hautes autorités de l’Etat, notamment les membres du gouvernement. Ces formations portent sur d’importants thèmes comme vision morale ; principes du leadership de transformation ; formation du caractère ; appels ; engagement ; bâtir une communauté ; projet de transformation par groupe. Elles seront assurées par des formateurs dont Pr Paul Buatsi, M. John Ng’ang’a, Dr Victor Koh et M. Tim Mwangi.

Finalement, il s’agit pour Campus pour Christ de mettre à la disposition de la République centrafricaine des hommes et des femmes capables de relever le défi du développement en partant des initiatives nationales car, « il faudrait qu’en partant d’aujourd’hui, des initiatives nationales et des acteurs nationaux trouvent des solutions aux problèmes nationaux de développement en Centrafrique au lieu de compter que sur l’aide extérieure », comme l’a déclaré le pasteur Ferdinand Grezokoué-Yambiline, un cadre de Campus pour Christ en Centrafrique.

Lire aussi :

 L’affaire Gaud-Toqué, scandale sous les tropiques

 République centrafricaine : première concertation pour la réglementation du commercre et du bois

 CEMAC : jamais un Centrafricain n’occupera la tête de la Commission