Cathy Guetta : la confiance en soi et dans le couple

GuettaCathy.jpg

Il faut impérativement « faire copine » avec Cathy Guetta ! Tel fut le mot d’ordre lancé par mes jeunes nièces tant cette reine de la nuit connaît de monde dans le milieu du spectacle. Mais elle, qui la connaît vraiment ? Dans son livre autobiographique Bains de nuit (Fayard), elle se livre avec franchise. Elle a accordé une interview à Pilibo Mag.

GuettaCathy.jpgCathy Guetta, jeune provinciale originaire de Toulon, est fille d’un papa camerounais et d’une mère française élevée dans un orphelinat. Ses parents sont très aimants et sa maman dédie sa vie à ses trois enfants (deux garçons et une fille). Sa maman souffrira beaucoup des remarques et réflexions de certains : « je souffrais par procuration, Il fallait tout de suite déménager pour trouver un monde meilleur, ailleurs. » souligne Cathy Guetta. Son papa, qu’elle voit peu, est militaire de carrière. « Dans cette famille, il y avait le culte du travail, de l’effort et de la volonté. En toute circonstance, il fallait rester digne. « Merci papa et maman » car cela m’a beaucoup aidé dans ma vie d’adulte. » Son frère DJ, l’emmène un jour en boîte de nuit et c’est la révélation : « Toutes les barrières tombaient, je m’y sentais bien ». Au départ « vestiaire » à Toulon, barmaid ensuite, elle suit, un temps, son frère à la Réunion et met le cap à Saint-Tropez. Son rêve : venir à Paris et travailler aux Bains et au Palace, discothèques célèbres de la capitale. Elle frappe donc à toutes les portes et cela marche : « Je travaillais parfois plus de douze heures par jour ».Et puis, un soir il y a la rencontre de sa vie : David Guetta. Aujourd’hui, l’un des plus célèbres DJ de la place. La saga des « Guetta » va ainsi débuter. Ils travaillent ensemble et deviennent propriétaires de restaurants et de clubs. « 200 employés, trois établissements et un bébé. J’aspirais à une vie de femme et d’épouse, c’était trop. J’ai envie de partager et de repartir sur autre chose. » Aujourd’hui, Cathy Guetta, mère de deux enfants, a tout revendu et vit une autre histoire. Organisatrice de soirées, Elle fut la première à transformer en discothèque géante le Stade de France, l’été dernier, et à faire danser plus de 50 000 personnes. Elle s’occupe également d’une ligne de vêtements et de parfums. Entretien.

Pilibo Mag : Le thème de ce dossier est la confiance en soi.
Quel est votre point de vue sur la question ?

Cathy Guetta :
Pour ma part, la confiance est un cadeau que mes parents m’ont fait. Je pense qu’elle peut se transmettre. Lorsque mon petit garçon fait un dessin, même si à mes yeux c’est un petit gribouillis, je l’encourage et le motive. Les encouragements donnent confiance. Quelqu’un qui va sans cesse vous rabaisser va vous faire perdre cette confiance en vous. L’éducation des parents et, à l’école, le travail des enseignants est important. Chez l’adolescent, c’est pareil. Il faut l’écouter, l’encourager et ne pas le brider. Cette confiance s’accompagne. Une passion pour une activité quelconque peut lui donner confiance et lui permettre d’aller au bout de lui-même.

Pilibo Mag : Qu’est-ce qui vous a permis de réussir ?

Cathy Guetta :
Je ne me suis jamais dit ? « Si je n’ai pas cette place, c’est parce que je suis noire ou métisse. » Ma couleur de peau n’était pas mon excuse. Elle ne m’amoindrissait pas, bien au contraire. Je n’étais pas complexée, je n’arrivais pas avec des a priori, en boîte de nuit. Lorsque je voulais aller au Bains, j’arrivais avec un grand sourire, bien habillée, avec ma joie de vivre, et je rentrais. Mon frère aussi rentrait ! A mes soirées, il y a un code. Qu’importe l’origine. Si tu es « looké », tu es glamour, tu es poli, tu es souriant, tu vas rentrer ! Pour moi seuls comptent la volonté, l’acharnement et le travail. Je ne suis pas militante. Aujourd’hui, en France, il y a des couples mixtes partout, ce n’est plus du tout un problème, à l’époque de mes parents, c’était plus compliqué. Il faudrait que les jeunes voyagent pour voir comment cela peut être dans d’autres pays.

Pilibo Mag : Il y a la confiance en soi et aussi la confiance dans le couple…

Cathy Guetta :
Lorsque David et moi, nous nous sommes rencontrés, nous étions en boîte de nuit. C’est mon univers, mon travail et ma vie. Lorsqu’il me rencontre ce monde lui plaît aussi. Je suis un révélateur, David était une personne introvertie, plutôt timide et réservé, et moi complètement à l’opposé. Notre point commun, la boîte de nuit et la musique. A cette époque, on part pour Paris et il ne s’est pas encore s’il va s’engager dans une relation sérieuse avec moi, Il n’a que 21 ans. L’amour est plus fort que tout, on reste ensemble. Comme tous les couples, nous avons eu des crises. Nous parlons énormément. Cela fait presque vingt ans que nous sommes ensemble, dont seize ans de mariage.

Pilibo Mag : Qu’est-ce qui fait la force de votre couple ?

Cathy Guetta :
Notre force est que nous avions un projet commun, celui de s’élever ensemble et de se construire ensemble. Durant toutes les périodes où nous avions nos boîtes de nuits et nos restaurants, nous avons travaillé sans relâche ensemble. Nous aimions cela. Cela aide beaucoup pour un couple d’avoir une même vision des choses. Au bout de cinq ans, j’aurais pu lui dire : « Stop, j’en ai marre, je veux un enfant ! » Lorsque nous avons fait notre premier enfant, nous l’avons fait au bon moment. Si nous avions eu Elvis (leur fils) trop tôt, je pense que notre couple n’aurait pas eu le même succès. Nous étions un couple en osmose.

Pilibo Mag : Comment avez-vous fait pour que votre couple dure ?

Cathy Guetta :
Un certain nombre de femmes ont des enfants très tôt avec un homme que finalement elles ne connaissent pas très bien, parce que c’est « bien » pour la famille, « bien » pour la société et « bien » pour les beaux parents. Moi j’ai attendu 15 ans ! Tu connais bien ton homme, tu sais que lorsque l’enfant sera là, il sera attentionné envers toi et sa famille, tu sais également que tu auras les moyens financiers d’avoir une nounou pour t’aider, que tu pourras continuer à vivre, à sortir, à aller au ciné ou partir un week-end si tu le souhaites. Avec la venue d’un enfant, certaines femmes s’arrêtent de travailler, il y a donc moins d’argent à la maison et elles se retrouvent exclues de leur vie sociale. Elles ont peu de choses à raconter à leur mari : « le petit a fait ses dents, le petit a eu une gastro… » Ce n’est pas très sexy pour l’homme ! (Cathy se rapproche alors de la table pour affirmer son propos avec vigueur) Il ne faut pas oublier que les hommes souhaitent des femmes sexy ! Lorsque mon mari m’a rencontrée il avait une photo de moi, une image de moi. Pourquoi n’est-il pas tombé amoureux d’une autre femme que moi ? Il venait tous les soirs dans cette boîte de nuit.
Pourquoi ? Il y a une raison, et cette raison là, il faut essayer de la garder continuellement présente à l’esprit. J’étais une fille énergique, qui aimait la musique, la fête, j’étais drôle, extravertie, j’avais un look. Et cette image là, il faut la garder et c’est du travail ! Beaucoup de travail !
Lorsque j’ai vendu mes établissements, je n’étais pas bien, dépressive, aigrie, jalouse de son succès et pas très gentille. Mon mari n’était pas content, il ne retrouvait plus « sa Cathy », il m’aimait toujours certes, mais il espérait que la situation s’améliore rapidement. Il fallait que cela change. Si moi, quand j’ai mes enfants, je me laisse aller et prends 25 kilos à chaque grossesse et que je les garde. Mon mari m’aimera toujours, bien entendu, mais, je pense qu’il commencera à regarder un peu à droite et un peu à gauche ! C’est normal. Mais… Lorsqu’il voit sa femme, qui ne se laisse pas aller, sa femme qui garde la pêche, sa femme qui fait attention à sa ligne, il se dit ma femme est comme à droite et comme à gauche ! Lorsque je remplis le stade de France, il y a de l’admiration dans les yeux de mon mari ! Lorsque je fais mes soirées à Ibiza, il y a de l’admiration ! Il faut garder l’admiration de votre homme ! Evidemment, c’est différent pour chacun. Mon couple est basé sur l’admiration, il est basé sur de la séduction, il est basé sur de l’envie et sur du sexy ! Comme tout le monde, mon corps change, plus je vieillis, plus je me dis, il faut que je reste jolie ! Alors oui, c’est beaucoup de travail ! Mon mari, j’ai envie de le garder car j’en suis folle amoureuse ! Et c’est pareil dans les deux sens. Moi aussi, je voyage beaucoup, je rencontre du monde et lui non plus, n’a pas du tout envie que je regarde ailleurs ! Et puis, il y a de la communication dans notre relation, dès que quelque chose ne va pas, on en parle et on l’arrange.

Pilibo Mag : Quel message aviez-vous envie de faire passer avec votre livre ?

Cathy Guetta :
Avec ce livre, je voulais dire aux jeunes et aux gens qu’il n’ y a pas qu’un chemin de réussite dans la vie. Je voulais monter que ce chemin de la nuit, qui est si souvent terni, peut aussi révéler des gens et leur donner une position sociale. Je trouve que les jeunes manquent un peu de courage aujourd’hui. C’est difficile pour eux. Il leur faut des modèles, dans le sport, dans la politique, dans le journalisme et pourquoi pas dans la nuit.

Propos recueillis par Nicole Gibon, pour Pilibo Mag

 Commander le livre de Cathy Guetta Bains de minuit , en collaboration avec Clara Dupont-Monod, Ed. Fayard, 245 p., 2008.