Cameroun : une sénatrice de Paul Biya enlevée dans la zone anglophone


Lecture 2 min.
Homme armé de fusil
Un homme armé (illustration)

Une sénatrice a été enlevée par des inconnus, samedi, dans le du Nord-Ouest du Cameroun. Ses ravisseurs exigent la libération des prisonniers séparatistes. Cette partie de ce pays d’Afrique Centrale est secouée par la crise anglophone ponctuée par des séries de violences.

«Mme Elizabeth Regina Mundi, sénatrice du Rassemblement démocratique du peuple camerounais a été kidnappée, samedi 30 avril aux environs de 12 heures, dans la localité de Foncia Street à Bamenda», a indiqué à l’Agence Anadolu Adolphe Lélé Lafrique, gouverneur de la région du Nord-Ouest. Soulignant que des recherches sont en cours pour retrouver les otages et les libérer, le gouverneur a précisé : «au moment de son rapt, elle était en compagnie de son chauffeur, lui aussi enlevé à bord de leur véhicule».

Le mouvement armé sécessionniste Ambazonia défense force (ADF) a, dans une vidéo postée ce dimanche 1er mai sur les réseaux sociaux, revendiqué le rapt. «Pour que la sénatrice retrouve sa liberté, nous exigeons un échange des prisonniers. Le gouvernement camerounais doit au préalable libérer près de 75 séparatistes qui sont en prison», ont ainsi revendiqué ses ravisseurs. Les autorités tentent le tout pour faire libérer cette sénatrice membre du parti au pouvoir. Les enlèvements sont récurrents dans cette partie du Cameroun, œuvre des groupes séparatistes.

En août dernier, en effet, un prêtre catholique, Monseigneur Agbortoko Agbor, a été kidnappé par des séparatistes, dans le Sud-Ouest anglophone du Cameroun. Le chancelier du diocèse de Mamfé, le révérend père Sébastien Sinju. Le chancelier du diocèse de Mamfé, le révérend père Sébastien Sinju, avait précisé que de jeunes garçons qui se sont présentés comme des séparatistes, ont débarqué au campus du grand séminaire et enlevé le prêtre.

Quelques mois plus tôt, en mai de la même année, père Christopher Eboka, directeur de la communication du diocèse de Mamfé, avait été enlevé par des séparatistes et libéré 10 jours plus tard, le 1er juin.

A lire : Cameroun : sept soldats tués dans le Nord-Ouest anglophone

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter