Cameroun : Les motos-taxis sur la sellette

Le 12 mars, les motos-taxis, principal moyen de transport dans la ville de Douala ne pourront plus circuler dans certains quartiers dits « zones urbaines » de la ville. Seules les « zones périurbaines » verront encore circuler les deux roues. L’application du décret du Premier ministre signé le 31 décembre 2008 va donc entrainer une véritable révolution dans ce secteur du « bend skin ».

(De notre correspondant)

Une mesure qui ne fait pas l’unanimité

Selon le décret N°2008/3447/Pm du 31 décembre 2008 du Premier ministre relatif aux conditions d’exploitation des motocycles à titre onéreux, l’accessibilité à la profession de moto-taxi est subordonnée aux conditions suivantes : l’obtention d’une licence spéciale de transport de catégorie S2; l’inscription au registre des transports par moto; l’obtention auprès de la délégation départementale des transports ou d’une autorité compétente d’une carte de transport public routier ; l’établissement d’un certificat de visite technique auprès d’un organisme agréé ; l’établissement d’une police d’assurance auprès d’une compagnie d’assurance agréée ; la quittance du droit de timbre automobile (vignette) et de l’impôt libératoire. Ledit décret prévoit aussi que pour être conducteur de moto-taxi, il faut être âgé de 18 ans au moins, être titulaire d’un permis de conduire de la catégorie «A», être titulaire d’un certificat de capacité de la catégorie «Mt ». On y lit également que la conduite d’un moto-taxi est subordonnée au port obligatoire d’un casque et d’un gilet, entre autres.

« Un décret qui a mis du temps »

Il aura fallu quatre ans aux autorités municipales et administratives pour mettre en application ce décret du Premier ministre. Selon certains observateurs, cette attente proviendrait de la peur pour les autorités de voir les motos-taximen entrer en grève et y entrainer une partie de la population. De part leur nombre important, les motos-taximen sont courtisés par toutes les sensibilités politiques. Le gouverneur de la région du littoral a d’ailleurs publié un communiqué lors de la semaine des martyrs décrétée par le Social Democratic Front (SDF) où il appelait les conducteurs de motos à ne pas s’engager dans les luttes politiques. Face à l’annonce des manifestation du 12 mars, les tractations sont déjà en cours, nous indique une source. Le Premier ministre devrait y prendre part, nous confirme la même source .

Lire aussi :

 Emeutes de Douala : Les mototaximen baissent la garde

 La grogne des motos-taxis du Cameroun

 La douloureuse question des motos taxis

 Les moto-taxis ou la danse de la mort