Cameroun : La moustiquaire imprégnée ne fait pas que du bien

Distribuées à des millions de camerounais dans le cadre de la campagne nationale « KO Palu », les moustiquaires imprégnées à longue durée d’action (MILDA) causent des désagréments au contact de la peau et des yeux de leurs utilisateurs. En cause : le non respect des précautions à prendre avant usage.

« Je n’en pouvais plus au point où j’ai dû me rendre à l’hôpital de district de Nylon où il m’a été prescrit des calmants et des anti-inflammatoires », se souvient Rachel, une ménagère de Douala. En effet, après avoir reçu quatre moustiquaires imprégnées pour sa famille, elle s’était empressée à monter le sien sur son lit. A la suite de la manipulation de ce protecteur contre les moustiques, dame Rachel a commencé à ressentir des picotements aux yeux et une inflammation de la peau avec des rougeurs qui dureront pendant plusieurs jours.

Sylvie, une commerçante bénéficiaire des mêmes moustiquaires a connu pire. « Ma peau a continué à chauffer comme si on y avait versé du piment pendant deux semaines. Faute d’argent, je n’ai pas pu me rendre dans un centre de santé » explique-t-elle en soutenant que la situation est revenue à la normale au fil des jours. « Je n’ai souffert de ces brulure de la peau que pendant trois jours, car dès que j’ai ressenti les premiers symptômes, je me suis enduit la peau d’huile rouge », explique Tchossa, une autre ménagère;

De nombreuses plaintes ont ainsi été signalées à la suite de l’utilisation des moustiquaires imprégnées à longue durée d’action (Milda). Apeurées, des ménagères qui s’étaient pourtant donné beaucoup de peine pour les avoir n’ont pas daigné les utiliser. Quelques unes n’hésitant pas à s’en séparer.

Non respect des précautions d’usage

8,6 millions de moustiquaires ont été distribuées sur l’ensemble du territoire camerounais au courant de l’année 2011. Cette campagne nationale qui a eu lieu dans plusieurs autres pays à travers l’Afrique au sud du Sahara vise à éliminer le paludisme dans le monde. Seulement les moustiquaires reçues devraient tout d’abord être exposés à l’abri du soleil pendant au moins 24 heures avant usage. Des informations qui selon certains bénéficiaires n’avaient pas circulé pendant la campagne de distribution.

Les autorités et des Ongs partenaire de cette initiative s’étant davantage contentés de communiquer sur les avantages de l’utilisation de ces moustiquaires, comment les monter et les entretenir. Les autorités sont néanmoins montées au créneau à la suite des nombreuses plaintes pour rassurer les populations. Des messages diffusés à la radio et sur la télévision nationale recommandent aux populations de ne point s’alarmer en cas d’effets secondaires qui disparaissent automatiquement après quelques temps.

La Milda est imprégnée depuis l’usine de fabrication et l’insecticide qui s’y trouve à une durée de trois ans. Elle conserve toute sa puissance même après 20 lavages. L’initiative dont le coût total avait été estimé à 34 milliards de Fcfa, a été financée par des subventions du Fonds mondial contre le sida, le paludisme et la tuberculose, du budget de l’Etat du Cameroun et divers autres partenaires. Le paludisme demeure la première cause de décès dans les centres de santé du Cameroun.

Lire aussi :

 Paludisme : pluie de moustiquaires sur le Burkina Faso

 Paludisme : la MIM prend ses quartiers au Cameroun