Burkina Faso: le Balai citoyen réclame justice dans l’affaire Sankara

Lors du 65ème anniversaire de la naissance de Thomas Sankara, plus de 300 personnes ont déposé ce dimanche, des balais sur sa tombe, une manière de lancer un appel au gouvernement en vue de la réouverture du dossier de l’ex-Président du Burkina Faso, tué en 1987.

L’anniversaire du défunt Thomas Sankara a été tout d’abord l’occasion pour les militants du mouvement du Balai citoyen de rendre hommage à celui qu’il considère comme le père de la Révolution burkinabè, soulignant que « le balai a une symbolique pour certaines ethnies, c’est demander à celui qui est mort de désigner les auteurs de sa mort ». L’anniversaire de Thomas Sankara a également été un moyen pour le balai citoyen de demander la réouverture du dossier Sankara au gouvernement de transition.

Vers une réouverture du dossier Sankara ?

Les militants du Balai Citoyen ainsi que des hommes politiques réunis autour de la tombe de Thomas Sankara ont appelé les autorités à rouvrir le dossier Sankara. Ils souhaitent que le gouvernement en place tente d’éclaircir les circonstances de l’assassinat de Thomas Sankara. « On veut savoir ce qui s’est le 15 octobre 1987 », précise le rappeur Smockey fondateur du balai citoyen.

Le président de transition du Burkina Faso, Michel Kafando, a déclaré le 14 décembre, que le dossier Sankara sera rouvert et justice sera rendu. Des propos insuffisants pour la famille Sankara ainsi que pour les sankaristes qui attendent des réponses quant aux circonstances du drame. Ils souhaitent des investigations pour identifier la dépouille de l’ex-Président du Burkina Faso et que les coupables soient arrêtés.

Thomas Sankara a été assassiné à l’âge de 37 ans, le 15 octobree 1987, avec une dizaine de ses camarades, lors du coup d’Etat qui a porté au pouvoir son ancien ministre de la Justice, Blaise Compaoré. Ce dernier a été chassé du pouvoir par la population burkinabè en octobre dernier.