Bousculade mortelle à La Mecque : l’Arabie Saoudite promet une enquête « rapide »

L’Arabie Saoudite a promis une enquête « rapide et transparente » après la bousculade de jeudi qui a fait 717 morts et 863 blessés à Mina, près de la Mecque, à l’occasion du grand pèlerinage du hajj. L’Iran a accusé Ryad de défaillance.

Près de deux millions de pèlerins ont fait le voyage jusqu’à La Mecque en Arabie Saoudite cette année, selon les autorités du pays. Ce jeudi, alors qu’un groupe de personnes quittait l’endroit où se fait le rituel de la lapidation de Satan qui consiste à jeter des cailloux sur trois stèles qui le représente, un autre groupe est arrivé en sens inverse, provoquant bousculade et piétinement. Ils sont 717 à avoir péri tandis que 863 ont été blessés. Ryad a annoncé qu’une enquête « transparente » allait être rapidement lancée.

Lire sur le sujet : Arabie Saoudite : nouveau bilan de la bousculade à Mina, 717 morts

Il y a 25 ans, près de 1425 pèlerins étaient morts asphyxiés dans un tunnel de Mina, après une panne du système de ventilation dans le pire accident qui n’ait jamais eu lieu à l’occasion du hajj, un des cinq piliers de l’islam, qui a débuté mardi dernier. Le roi saoudien Salman a organisé une réunion jeudi avec les responsables du hajj. Il a annoncé que les résultats de l’enquête seraient dévoilés le plus tôt possible et qu’une « révision des plans » de l’organisation du pèlerinage serait effectuée.

« Mauvaise gestion » ou indiscipline des fidèles ?

L’Iran a affirmé que ce drame avait été permis par des défaillances dans la sécurité mis en place par l’Arabie Saoudite. Le guide suprême iranien, l’Ayatollah Ali Khamenei, a accusé Ryad de « mauvaise gestion », indiquant que 90 de ses ressortissants ont péri dans la bousculade. Le ministre saoudien de la Santé Khaled al-Faleh a attribué l’accident à un manque de discipline des fidèles. « La grande chaleur et l’état de fatigue des pèlerins ont contribué au nombre important des victimes », avait déclaré le porte-parole du ministère de l’Intérieur, le général Mansour Turki.

Les Etats-Unis, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, l’Allemagne, la France, le président du Conseil européen Donald Tusk et la Turquie ont transmis leurs condoléances. Le Pape François, en voyage à New-York, a exprimé sa solidarité avec les musulmans.