Bénin : l’armée neutralise sept présumés terroristes à Karimama et Matéri


Lecture 3 min.
Le général Fructueux Gbaguidi, chef d'état-major de l'armée béninoise
Le général Fructueux Gbaguidi, chef d'état-major de l'armée béninoise

Au Bénin, la lutte contre la poussée djihadiste se poursuit avec acharnement dans le Bénin septentrional. En témoignent les derniers succès des Forces armées béninoises (FAB) qui ont tout récemment réussi à mettre hors d’état de nuire sept présumés terroristes.

Depuis les premiers assauts terroristes enregistrés au Bénin dans le parc national de la Pendjari (proche de la frontière avec le Burkina Faso), en mai 2019, le Bénin a mis en œuvre une stratégie de lutte antidjihadiste qui ne manque pas de produire des résultats. A partir de 2022, le dispositif en place sera renforcé par l’opération Mirador. Composée de quelque 3 000 hommes, cette opération a pour mission de juguler au Bénin la tentative de percée du phénomène djihadiste qui sévissait, depuis des années, dans le Sahel et qui cherche à s’étendre dans les pays côtiers de la baie du Bénin.

Mardi, les militaires béninois ont encore éliminé sept présumés terroristes. C’est d’abord dans le village de Bako Maka situé dans la commune de Karimama, la plus septentrionale des communes du Bénin et qui partage des frontières avec le Niger et le Burkina Faso, qu’une patrouille de l’armée a intercepté six personnes suspectes dans l’après-midi. Les fouilles opérées sur ces personnes ont permis de découvrir qu’elles détenaient des objets entrant dans la fabrication d’engins explosifs improvisés, en l’occurrence, des engrais (NPK, urée), des fils électriques et divers équipements ainsi qu’une somme de 331 000 F CFA. Alors qu’ils tentaient de se soustraire de la vigilance des militaires, les six hommes ont été abattus. Plus tard dans la même soirée, cette fois-ci à Kourou Koualou, dans la commune de Matéri, l’armée a abattu, à proximité d’un de ses postes, un homme armé à l’allure suspecte.

Une menace permanente, mais une vigilance accrue de l’armée

Dans le nord du Bénin, les communes de Karimama, Banikoara, Matéri et Kérou ont connu, ces derniers mois, des assauts répétés d’individus armés non identifiés semant la mort au sein des populations civiles, à l’arme à feu ou à l’arme blanche, n’hésitant pas égorger. De même, ils s’en prennent à des postes de police comme ce fut le cas au commissariat de Monsey en avril 2022. Un policier avait alors été tué et de nombreux dégâts matériels causés.

En dehors de ces quatre communes, la menace pèse également sur les communes de Sègbana, Cobly et Tanguiéta. C’est pourquoi le ministre de la Décentralisation et de la Gouvernance locale avait instauré, le 10 mars 2023, un couvre-feu dans ces communes. Il y était, en effet, interdit toute circulation de motos ou de piétons entre 19 heures et 6 heures du matin. Selon un bilan présenté à la mi-janvier par l’armée, environ une centaine de présumés terroristes ont déjà été neutralisés depuis le lancement de l’opération Mirador contre une trentaine de pertes dans ses propres rangs.

Avatar photo
Historien, Journaliste, spécialiste des questions socio-politiques et économiques en Afrique subsaharienne
Facebook Linkedin
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter