Barack Obama renie son pasteur, le remuant Jeremiah Wright

jwright.jpg

Les déclarations fracassantes du révérend Wright lundi ont fait grand bruit aux Etats-Unis. Le candidat démocrate Barack Obama a immédiatement réagi en coupant les ponts avec celui qui était son pasteur depuis 20 ans.

Malgré ses précédentes déclarations, Barack Obama considérait toujours son pasteur comme un « chef spirituel » et « un vieil oncle ». Cette fois-ci, Jeremiah Wright est allé trop loin. Lors d’une conférence de presse lundi à Washington, le révérend a publiquement déclaré, entre autres, que le gouvernement américain a développé le virus du sida afin de décimer la communauté noire. Toujours selon le révérend, Louis Farrakhan, chef historique de l’organisation Nation of Islam, serait la figure majeure du XXème siècle, alors même qu’il est perçu comme un « antisémite » et un « raciste ».

Ce n’est pourtant pas la première fois que M. Wright se lâche. Le pasteur déclarait récemment que les Etats-Unis et le « terrorisme » américain étaient les seuls responsables des attentats du 11 septembre. Il a également estimé que les Noirs américains devraient dire « Que Dieu maudisse l’Amérique » au lieu de « Que Dieu bénisse l’Amérique » en raison du traitement infligé, selon lui, à la communauté noire. Pourtant, M. Obama ne l’avait pas désavoué, expliquant qu’on ne peut pas toujours être d’accord avec un membre de sa famille et que l’on ne peut juger une personne à partir de quelques déclarations. Mais ces derniers jours, M. Wright a multiplié ses apparitions au grand désarroi de M. Obama.

Barack Obama choqué

« La personne que j’ai vue hier (lundi) n’était pas la personne que j’ai rencontrée il y a 20 ans », a déploré M. Obama. Le candidat démocrate, jusque là favori face à Hillary Clinton, s’est dit « attristé » et « en colère ». « Tout cela est non seulement faux, mais c’est aussi une insulte à ce que je suis et à ce que ma campagne représente », a t-il déclaré, estimant que ces déclarations sèment la division là où lui veut réconcilier, voire donnent « des munitions à ceux qui prêchent la haine. ». Responsable de l’Eglise unie du Christ et de la Trinité à Chicago depuis 26 ans, M. Wright était un proche de M. Obama. C’est lui qui l’a accueilli 20 ans auparavant dans sa paroisse, qui l’a marié et baptisé ses deux enfants. Aujourd’hui, il est devenu indésirable dans l’entourage du candidat démocrate. Pour faire taire la polémique, M. Obama a quitté la paroisse provisoirement jusqu’à ce que son ancien pasteur se retire.

Hillary Clinton favorisée ?

Hillary Clinton peut se réjouir des déboires de son rival démocrate. Après sa victoire en Pennsylvanie le 22 avril dernier, Hillary Clinton ne cesse de réduire son écart dans les sondages, notamment auprès des jeunes. A une semaine de la primaire en Caroline du Nord, elle a reçu le soutien du gouverneur Mike Easley, figure la plus importante de l’Etat derrière l’ancien candidat démocrate John Edwards. Celui-ci n’a toujours pas indiqué sa préférence pour l’un ou l’autre de ses anciens adversaires. Quant à M. Obama, il semble avoir du mal à séduire l’électorat blanc modeste. Il est encore trop tôt pour dire quel impact aura Jeremiah Wright sur la campagne présidentielle. Verdict le 6 mai en Caroline du Nord.

Lire aussi:

 Barack Obama transcende la question raciale