Bamako révèle que les 49 militaires ivoiriens arrêtés au Mali sont des «mercenaires»

Le Colonel Assimi Goïta
Assimi Goïta, président de la Transition du Mali

Les autorités de la Transition au Mali ont qualifiés de mercenaires les 49 militaires ivoiriens arrêtés à Bamako. Parmi eux, une trentaine de soldats appartenant aux forces spéciales de Côte d’Ivoire. Bamako précise que les soldats interpellés seront mis à la disposition de la justice malienne.

On en sait un peu plus sur la cinquantaine de soldats ivoiriens interpellés dimanche 10 juillet 2022, à l’aéroport de Bamako. Selon une information communiquée, ce lundi 11 juillet 2022, par le Colonel Abdoulaye Maiga, porte-parole du gouvernement malien, il s’agit de mercenaires ivoiriens, qui, après interrogatoires, ont servi «quatre (4) versions différentes» pour justifier leur présence sur le territoire malien.

Dans le détail, le gouvernement malien précise que certains militaires ivoiriens ont évoqué «la mission confidentielle» pour justifier leur séjour, tandis que d’autres parlent de «rotation dans le cadre de la Mission multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA)». Un autre groupe dit être au Mali pour la protection du contingent allemand, ainsi que la sécurisation de la base logistique de la compagnie aérienne  »Sahelian Aviation Services »».

Une confusion totale qui pousse, le Gouvernement de la Transition à informer «l’opinion nationale et internationale que le dimanche 10 juillet 2022, entre 11 heures et 13 heures, deux aéronefs immatriculés ZS-BBI et UR-CTH, en provenance de la République de Côte d’Ivoire, transportant quarante-neuf (49) militaires ivoiriens avec leurs armements et munitions de guerre, ainsi que d’autres équipements militaires, ont atterri à l’Aéroport International Président Modibo Keita Sénou».

Le porte-parole du Gouvernement ajoute que «grâce au professionnalisme des Forces de Défense et de Sécurité maliennes, il a été établi que les quarante-neuf (49) militaires ivoiriens se trouvaient illégalement sur le territoire national du Mali». Selon le Colonel Abdoulaye Maiga, «ces militaires ont été immédiatement interpellés et leurs armements, munitions et équipements ont été saisis». Il a ajouté que les autorités militaires ivoiriennes ont affirmé ignorer tout de la présence de ces militaires au Mali.

«Au regard de ces manquements et infractions commis dans le cadre du déploiement de ces quarante-neuf (49) militaires ivoiriens, le Gouvernement de la Transition les considère comme des mercenaires, tels que définis par la Convention de l’OUA sur l’élimination du mercenariat en Afrique», ajoute Maïga, convaincu que «le dessein funeste des personnes interpellées était manifestement de briser la dynamique de la Refondation et de la sécurisation du Mali, ainsi que du retour à l’ordre constitutionnel». Bamako a pris la décision de laisser la justice faire son travail.

Lire : Ce que l’on sait de l’arrestation de militaires ivoiriens soupçonnés de préparer un putsch au Mali