Attentat de Strasbourg : rejeté par l’Algérie, Chérif Chekatt enterré en France

Chérif Chekatt, présumé tueur de Strasbourg

L’auteur de l’attentat du 11 décembre sur le marché de Noël, Chérif Chekatt, dont l’Algérie a catégoriquement refusé la dépouille, a finalement été inhumé à Strasbourg.

« L’inhumation du corps de Chérif Chekatt a eu lieu tôt ce matin à Strasbourg dans un strict anonymat ». C ‘est ce qu’a indiqué la mairie, sans préciser où le gangster avait été enterré. Pour sa part, le Conseil français du culte musulman (CFCM) avait appelé la ville de Strasbourg à inhumer Chérif Chekatt « le plus rapidement possible et dans l’anonymat, afin d’éviter d’en faire une victime ». Il faut reconnaître que dans cette affaire, la France, en général, la ville de Strasbourg en particulier, a fait preuve de beaucoup d’humanisme, dans la mesure où même l’Algérie, pays d’origine de Chérif Chekatt, avait refusé d’accueillir la dépouille du terroriste pour inhumation.

A lire : Attaque de Strasbourg : pourquoi l’Algérie ne veut pas de la dépouille de Chérif Chekatt

Face à la position algérienne, le maire de Strasbourg, qui hésitait d’enterrer dans sa commune le corps de celui qui a tiré sur des Strasbourgeois pour en tuer cinq en blessant une dizaine d’autres, a finalement accepté que le tueur soit inhumé là où il est né et a grandi. « C’est à nous de trouver le moyen de l’inhumer parce que la sépulture est constitutionnelle de la civilisation. J’étais effectivement réticent dans un premier temps car je ne voulais pas qu’un meurtrier côtoie dans le cimetière ceux qui ont été ses victimes, mais je dois me rendre à l’évidence, la loi est la loi. Il faut l’enterrer et cela peut-être soit dans le cimetière musulman de Strasbourg ou dans un cimetière civil, mais sans tambours ni trompettes et dans l’anonymat », avait expliqué Roland Ries, le maire de Strasbourg.

A lire : « Soldat de l’Etat islamique » originaire d’Algérie : comment Chérif Chekatt a été abattu à Strasbourg

A rappeler que Chérif Chekatt a été abattu par les forces de sécurité françaises, après deux jours de traque, dans le quartier du Neudorf, au sud de la capitale alsacienne. Quelques heures après sa morts, l’organisation Etat islamique a revendiqué l’attentat perpétré par Chekatt, affirmant qu’il était un soldat de Daesch.