Attaque de Strasbourg : pourquoi l’Algérie ne veut pas de la dépouille de Chérif Chekatt

Le tueur du marché de Noël, Chérif Chekatt

Alors que les autorités strasbourgeoises sont réticentes à l’enterrement du corps de Chérif Chekatt dans leur localité, l’Algérie, aussi, terre d’origine du tueur du marché de Noël, ne veut pas accueillir la dépouille.

La dépouille du gangster du marché de Noël n’est pas la bienvenue, ni à Strasbourg où Chérif Chekatt est né et a grandi, encore moins en Algérie, terre d’origine de ses parents. Ce 20 décembre, une source du site d’information Tout sur l’Algérie a révélé que l’Algérie, conformément à ses principes en matière de terrorisme, n’accepte pas le rapatriement de la dépouille de Chérif Chekatt.

Alors que le père de l’auteur de l’attaque du marché de Noël à Strasbourg, Abdelkrim Chekatt, avait fait la  demande de rapatrier le corps de son fils en Algérie, les autorités algériennes ont purement et simplement rejeté cette requête. « Dès qu’il a commis cet acte terroriste, il s’est coupé de la mère patrie (…). Conformément à la doctrine algérienne concernant cette question, les autorités du pays refuseront la requête de rapatriement du corps », a-confié la source de TSA.

Ce n’est pas la première fois que l’Algérie refuse une demande de rapatriement de corps de terroriste algérien morts à l’étranger. En atteste le cas Mohamed Merah, qui avait lui aussi frappé en France. Autant les autorités françaises avaient demandé le rapatriement de sa dépouille vers son pays d’origine, autant pour le tueur de Strasbourg, la mairie de la localité étudie la possibilité de de refuser l’autorisation d’inhumation dans un cimetière communal, pour prévenir notamment des troubles à l’ordre public.

Chérif Chekatt, 29 ans, a été abattu par la police dans la soirée du jeudi 13 décembre, après 48 heures de traque. Fiché S, il est l’auteur de l’attaque du marché de Noël qui, selon un dernier bilan, a fait cinq morts et plusieurs blessés.