Ali Soumaré fait condamner deux élus UMP pour diffamation

Deux élus UMP, Messieurs Francis Delattre et Sébastien Meurant, ont été condamnés, ce mardi, par la 17e chambre du tribunal de Paris pour diffamation envers Ali Soumaré. Le tribunal les a condamné à une amende de 1 000 euros avec sursis. Ils devront par ailleurs faire publier le jugement dans trois organes de presse différentes.

Non, Ali Soumaré, conseiller régional PS dans le Val-d’Oise, n’est pas un « joueur de l’équipe de réserve du PSG », le club de football parisien, ou bien un « délinquant multirécidiviste chevronné », et sa candidature n’est pas non plus une « manipulation médiatique et marketing ». Le tribunal de Paris vient de condamner pour diffamation deux élus UMP qui avaient fait campagne en utilisant ces propos.

Le 19 février 2010, Francis Delattre, sénateur et maire de Franconville, et Sébastien Meurant, maire de Saint-Leu-La-Forêt, avaient publié un communiqué présentant Ali Soumaré, jeune représentant du Parti Socialiste, originaire de Villiers le Bel et du Mali, comme un « délinquant multirécidiviste chevronné ». Ces propos se basaient sur une rumeur ainsi que sur une « enquête », digne d’une mauvaise série B, de Sébastien Meurant, réalisée afin de récupérer des éléments juridiques à charge contre le jeune élu socialiste.

Si une première condamnation d’Ali Soumaré existait bien, pour ce qu’il présente comme une erreur de jeunesse et pour laquelle il considère avoir payé sa dette, les autres accusations du duo UMP se révèleront erronées. L’une concernait un homonyme, et l’autre était une affaire en cours dans laquelle Ali Soumaré a finalement été relaxé.

Dans son jugement, la Cour considère que les deux élus de la République française auraient dû, « avant de diffuser une information mettant aussi gravement en cause leur adversaire politique, vérifier le bien-fondé et la pertinence des informations qu’ils diffusaient à son sujet » (…) Ils  » ont singulièrement manqué de prudence en faisant état publiquement et sans nuance d’une telle information, sans détenir une base factuelle solide et sans se livrer à la moindre vérification. »

Lire aussi les articles :

 Pourquoi Francis Delattre a peur du Noir

 Ali Soumaré : « Travailler avec l’Afrique est un vrai bonheur »