Algérie : recadré par Bouteflika, Ahmed Ouyahia se défend

Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia, a profité de la conférence de presse organisée au siège de son parti, à Alger, pour se défendre, soulignant que le Président algérien Abdelaziz Bouteflika ne l’a pas recadré.

Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia, a profité de la conférence de presse organisée jeudi 18 et vendredi 19 janvier 2018 au siège de son parti, à Ben Aknoun, à Alger, pour se défendre par rapport à l’instruction signée par le secrétaire général de la présidence de la République, Haba El-Okbi, adressée au gouvernement, jeudi 11 janvier dernier.

Cette instruction, ferme du reste, subordonnait tout accord d’ouverture de capital ou de cession d’actifs des entreprises publiques algériennes au privé, à l’accord préalable d’u chef de l’Etat de ce pays d’Afrique du Nord, Abdelaziz Bouteflika. Tranchant sur la vive polémique née après cette instruction, le chef du gouvernement algérien, Ahmed Ouyahia, s’est voulu formel : « Bouteflika ne m’a pas rappelé à l’ordre ». Selon le SG du RND par ailleurs Premier ministre : « le Président n’a pas besoin de me rappeler à l’ordre, de la même manière qu’il m’a nommé, il peut me démettre de mes fonctions ».

Lire sur le sujet : Algérie, Privatisation : Bouteflika tape sur la table

Ahmed Ouyahia va plus loin, soulignant que « le président de la République, dans sa sagesse, a émis une instruction pour signifier que tout se fait avec son accord, et, Dieu merci, cela a participé à apaiser la situation, et aujourd’hui nous sommes tranquilles ». Ahmed Ouyahia qui dit ne pas voir pourquoi ne pas céder au privé les entreprises publiques déficitaires qui ont déjà mis la clé sous le paillasson, insiste : « Dans mon pays vivent quarante millions de citoyens. Ma position dans le parti, ainsi que ma fonction au sein de l’Etat ne me permettent pas de polémiquer avec chaque citoyen ».

Et Ahmed Ouyahia de rassurer : « Il est définitivement établi que je ne me présenterai jamais contre le Président. Et si Bouteflika décide de se présenter pour un cinquième mandat, je serai à ses côtés ».