Algérie : la grève des conducteurs de train reconduite

Alors que les négociations n’avancent pas entre les conducteurs de train et leur tutelle, les usagers des chemins de fer sont ceux qui font les frais de ce conflit social qui tarde à connaitre un dénouement heureux.

(De notre correspondant)

Les conducteurs de train refusent opiniâtrement de reprendre du service et en sont déjà à leur première semaine de débrayage. Le bras de fer, engagé il y a sept jours, entre l’administration et les protestataires ne réussit pas à aboutir et achoppe toujours sur le manque de compromis notamment sur la « viabilité » des conditions de travail, pendant qu’un service minimum est assuré.

Mais les usagers des chemins de fer continuent de prendre leur mal en patience dans les conditions de voyage plus que difficiles, eu égard à l’anarchie qui règne dans les différentes gares du pays. Selon certaines sources proches des syndicats des conducteurs de train, l’administration tarderait à réengager des discussions avec les grévistes, en vue d’une reprise de travail. Les protestataires qui mettent en avant la sécurité des usagers des chemins de fer, exigent toujours les « conditions de travail viables » pour leur éviter accidents et désagréments. Une revendication qui sonne comme logique dans l’oreille de nombreux voyageurs. « Il faut que les conducteurs de train travaillent dans de bonnes conditions pour éviter aux voyageurs des accidents ou des infortunes lors de leurs différents déplacements. Sans cela, les usagers des trains restent exposés aux risques et aux aléas aux conséquences très coûteuses », estime un voyageur.

En attendant un dénouement heureux et approprié à une situation qui n’a que trop duré, les grévistes persistent et signent : « Tant que nos revendications ne seront pas satisfaites, nous observons la grève ». En dépit de la garantie du service minimum, la société nationale des transports ferroviaires (SNTF) enregistre des pertes énormes. Dans pareil contexte, la direction de la SNTF est sommée de trouver « des solutions consensuelles » avec les conducteurs de trains grévistes en vue de mettre fin à ce débrayage qui a fortement perturbé les voyageurs.

Lire aussi :

 Nord-Mali : des combattants français au sein d’Al-Qaïda ?

 Algérie : les gardes communaux mécontents descendent dans les rues

 Algérie : scission au Front des forces socialistes