Algérie : la campagne présidentielle débutera le 23 mars

Plus que deux mois avant le lancement de la campagne présidentielle algérienne, prévue le 23 mars et pour une durée de 22 jours.

La campagne électorale pour la présidentielle algérienne du 17 avril prochain débutera le 23 mars, et ce, jusqu’au 13 avril. « La campagne électorale débutera 25 jours avant le scrutin et s’arrêtera trois jours fermes avant cette date. Ainsi, elle aura lieu du 23 mars au 13 avril jusqu’à minuit », a indiqué le directeur des libertés et des affaires juridiques au ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, Mohamed Talbi, sur les ondes de la radio nationale.

Ils étaient, ce lundi, 42 postulants répertoriés dans cette course à la présidentielle. Mais seuls quelques-uns parviendront à rassembler les 60 000 signatures d’électeurs ou 600 d’élus locaux pour atteindre le premier seuil de l’élection : la campagne. Les intéressés ont jusqu’au 4 mars 2014 à minuit pour déposer leurs dossiers de candidature.

Deux commissions de surveillance

La Commission nationale de supervision des élections (CNSEL), composée de magistrats désignés par le Président Abdelaziz Bouteflika, et la Commission nationale de surveillance des élections (CNISEL), composée de partis politiques et de représentants des candidats libres), auront pour mission la supervision et la surveillance de l’élection présidentielle.

Une révision « exceptionnelle » des listes électorales aura lieu du 23 janvier au 6 février afin de les assainir. Jusqu’au 31 décembre 2013, l’Algérie comptait 22 460 604. Ainsi, « Les citoyennes et citoyens non-inscrits sur les listes électorales, notamment celles et ceux âgés de 18 ans révolus le jour du scrutin, sont invités à s’inscrire sur la liste électorale de leur commune de résidence », avait indiqué samedi dernier un communiqué du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales.

Le flou qui entoure l’éventuelle quatrième candidature de Bouteflika persiste. Mais nombreux sont les observateurs qui estiment que l’état de santé du chef de l’Etat ne lui permettra pas de briguer un quatrième mandat.

L’un des rivaux FLN du Président, Ali Benflis, ancien Premier ministre, a officiellement déclaré dimanche sa candidature à l’élection présidentielle.