Algérie, France : ce qu’il faut retenir de l’entretien de Catherine Colonna avec Ramtane Lamamra

La ministre française de l'Europe, Catherine Colonna
La ministre française de l'Europe et des Affaires étrangères, Catherine Colonna

Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, s’est entretenu, ce lundi 13 juin, avec la cheffe de la diplomatie française, Catherine Colonna, selon une annonce faite par le Quai d’Orsay. Que retenir de cette conversation téléphonique ?

Lors du premier entretien entre les deux ministres depuis la nomination de la nouvelle ministre française de l’Europe et des Affaires étrangères, en remplacement de Jean-Yves Le Drian, Ramtane Lamamra et Catherine Colonna ont abordé les relations entre l’Algérie et la France, la tension entre l’Algérie et l’Espagne, sans oublier les crises régionales. Les deux diplomates ont affirmé leur volonté de «poursuivre la dynamique positive dans la relation bilatérale entre la France et l’Algérie, dans toutes ses dimensions, en vue des prochaines échéances bilatérales».

Abordant les «derniers développements des relations algéro-espagnoles», la ministre française des Affaires étrangères a, toujours selon le communiqué du Quai d’Orsay, souligné son «profond attachement aux bonnes relations entre nos partenaires européens et nos voisins de la rive Sud de la Méditerranée et sa confiance dans le fait que le dialogue permettra de surmonter les défis communs». Cet échange intervient dans un contexte assez particulier.

Lire : L’Algérie suspend la coopération avec l’Espagne

En effet, mercredi dernier, l’Algérie avait annoncé la suspension du «Traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération signé avec l’Espagne». Décision prise en guise de représailles à la décision du gouvernement de Pedro Sanchez de soutenir le plan d’autonomie du Maroc pour le Sahara Occidental. Une décision des autorités algériennes qui a fait réagir l’Union Européenne qui s’est alignée sur l’Espagne tout en mettant en garde Alger.

Autre point abordé par les diplomates, «les crises régionales, notamment au Mali et en Libye, pour lesquelles la coopération entre nos deux pays est centrale». Un communiqué du ministère algérien des Affaires étrangères, à ce sujet, indique que «l’Algérie attache la plus grande importance à ce que les relations entre partenaires dans l’espace méditerranéen soient conformes à la légalité internationale et mises à l’abri de toute exacerbation à travers des fuites en avant irresponsables».

Lire : Sahara : Mustapha Tossa dénonce un «choix politique d’Alger inspiré par la seule haine à l’égard du Maroc»