Algérie : Bouteflika annonce sa candidature à la Présidentielle

L'ex-Président algérien, Abdelaziz Bouteflika

Le Président algérien, Abdelaziz Bouteflika, est candidat à l’élection présidentielle du 18 avril 2019. Le chef de l’Etat brigue ainsi un cinquième mandat à la tête de ce pays d’Afrique du Nord.

Affaibli par les séquelles d’un accident vasculaire cérébral, dont il a été victime en 2013, le Président d’Algérie, Abdelaziz Bouteflika, 81 ans, vient d’annoncer sa candidature à la Présidentielle du 18 avril 2019. L’annonce, faite ce dimanche 10 février 2019 par l’agence de presse officielle APS, était attendue, et c’est désormais officiel.

A lire : Cinquième mandat de Bouteflika : ces « dangers qui menacent » l’Algérie

L’APS souligne que le Président Abdelaziz Bouteflika a annoncé cette candidature dans un message à la Nation transmis à l’agence. Le chef de l’Etat algérien indique dans le message, que s’il est réélu, il mettra sur pied une « conférence nationale inclusive » avec pour objectif principal l’élaboration d’une « plateforme politique, économique et sociale ». Dans ses projections en cas de réélection, il sera aussi question, indique l’agence, de voir comment « proposer un enrichissement de la Constitution ».

A lire : Algérie : le Président Bouteflika reçoit une balle dans le pied

L’annonce de la candidature de Bouteflika n’est pas une surprise, en ce sens que même si la Présidence n’a jusqu’ici pas voulu se prononcer sur cette question, des voix, non des moindres, avaient déjà évoqué cette situation. il y a eu la sortie du chef du gouvernement algérien, Ahmed Ouyahia, qui a toujours défendu que l’AVC dont a été victime Abdelaziz Bouteflika « n’empêche pas sa candidature (…). Il a eu un AVC en avril 2013 et il a remporté la Présidentielle en avril 2014 dans ce même état de santé », a indiqué le Premier ministre algérien, révélant dans la foulée que « M. Bouteflika n’animera pas sa campagne électorale ».

A lire : Algérie : ce général qui met en garde Bouteflika

En outre, le samedi 2 février, un communiqué publié à l’issue d’une réunion des dirigeants de quatre formations politiques, à laquelle ont participé le président de l’Assemblée, Mouad Bouchareb du parti présidentiel (FLN), le Premier ministre Ahmed Ouyahia, chef du Rassemblement national démocratique (RND), le président du Mouvement populaire algérien (MPA), Amara Benyounes et le président du Rassemblement de l’espoir de l’Algérie (TAJ) Amar Ghoul, indiquait que « les partis de l’alliance présidentielle présentent Abdelaziz Bouteflika comme candidat à la prochaine élection présidentielle ».

A lire : Algérie, Gravement malade et évacué en France : de quoi souffre Saïd Bouteflika

C’est donc officiel, Abdelaziz Bouteflika est candidat à sa propre succession. Toutefois, deux formations politiques, notamment le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), un parti de l’opposition représenté au Parlement, et le Front des forces socialistes (FFS), le plus ancien parti d’opposition d’Algérie, ont indiqué ne pas participer à la Présidentielle d’avril 2019. Ces deux partis politiques ont d’ailleurs appelé à un boycott du scrutin.