Algérie : ce général qui met en garde Bouteflika

Le Président algérien, Abdelaziz Bouteflika

En Algérie, un général à la retraite interpelle le chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, à qui il demande d’éviter « de servir de gué pour des aventuriers sans scrupules, rôle que certains, nullement représentatifs de ce peuple, semblent vouloir vous assigner ».

Ali Ghedir, un général-major à la retraite a adressé une lettre ouverte au président de la République d’Algérie via le quotidien El-Watan. Dans son message, le général exhorte le chef de l’Etat à éviter à l’Algérie « une nouvelle descente aux enfers ».

L’ancien directeur central au ministère de la Défense nationale, rappelant une rencontre avec le chef de l’Etat algérien, qui date de presque quinze ans, insiste que le Président Bouteflika avait « fait montre de réceptivité franche et de bonnes dispositions à l’égard de l’idée de changement ». Rappelant le discours de mai 2012 du Président Bouteflika, portant « sur la nécessité et l’inéluctabilité de la transition générationnelle ».

Le général Ghediri qui dit refuser de croire que Bouteflika puisse être « un obstacle au changement », rappelle : « Vous étiez sincère et tel était le fond de votre pensée ». Et le général d’enfoncer : « Frère Président, vous avez assez fait pour ce pays (…) pour qu’une minorité se serve de votre image, de votre passé et de l’affect populaire à votre égard pour monter des stratagèmes qui n’ont d’autre finalité que d’assouvir des desseins d’accaparement d’un pouvoir qu’elle sait hors de sa portée par les voies normales ».

Le général juge que le Président mérite « mieux que de servir de gué pour des aventuriers sans scrupules, rôle que certains, nullement représentatifs de ce peuple, semblent vouloir vous assigner ». Demandant à Bouteflika d’empêcher que son état de santé « soit mis à profit par certains pour mener ce pays vers le péril », le général appelle le chef de l’Etat algérien à « user de l’autorité légale, de l’autorité morale, pour que la transition se fasse dans les règles, à travers des élections propres et honnêtes, seules à même d’éviter à notre pays un désastre potentiel ».