Algérie : 2ème Treg Algéria Trail, coup d’envoi dans le désert


Lecture 3 min.
coucher de soleil sur le Gourara

Le splendide Treg Algéria Trail de Timimoun se tient du 28 novembre au 2 novembre dans le désert du Gourara en Algérie. Manifestation sportive exceptionnelle dans un environnement naturel préservé, cette épreuve hors du commun connaît en 2023 sa deuxième édition, soutenue par de nombreux sponsors publics et privés algériens.   

Les coureurs sont arrivés de tous les horizons, de nombreuses délégations africaines venant cette année prendre part à la compétition, en provenance du Niger, du Mali, du Burkina Faso, et l’éventail des nations représentées s’est même élargi à la Palestine, avec un athlète marathonien. C’est pour la majeure partie d’entre eux la première découverte du Gourara, et des spécificités de ce désert. 

Timimoun en majesté

C’est Timimoun, l’oasis mythique du Gourara, dominant sa mer de palmiers et, à perte de vue, le moutonnement des dunes blondes du petit erg saharien, qui accueille à la fois le départ et l’arrivée de trois parcours de treg dans le désert, individuel ou en relai par équipes, sur 50, 90 ou 180 kilomètres. Des distances qui doivent être couvertes en une, deux ou trois journées, sur un parcours semé de plusieurs camps-relais, destinés à l’hydratation et aux pauses des coureurs qui excèdent rarement une heure par jour. 

Une aventure à la fois individuelle et collective, qui réclame tant un entraînement physique régulier qu’une véritable force mentale, avec toutes les spécificités de la confrontation au désert, étendue à la fois esthétiquement parfaite mais aussi psychologiquement et physiquement éprouvante. « Je ne peux pas résister à l’attraction du désert, dès que l’on m’a parlé de ce Treg, je me suis inscrit! », confessait l’un des coureurs originaire de Belgique, tandis qu’un autre précisait : « le désert, c’est le must pour la course de fond, on se confronte non seulement à soi-même dans l’effort, mais aussi à ce que la nature a produit de plus radical, de plus beau et de plus simple à la fois : du sable à perte de vue. 

Plus que quelques heures avant le coup d’envoi des différents parcours, et la fièvre monte parmi les participants, tous rassemblés hier soir parmi les dunes pour un thé fraternel au coucher du soleil. 

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter