Afrique du Sud : polémique après le mariage d’un garçon de 8 ans et d’une femme de 61 ans

L’union d’un petit garçon de huit ans et d’une femme âgée de 61 ans, déjà mariée, suscite la polémique !

Incroyable mais vrai! C’est dans le petit village de Tshwane que le jeune Senele Masinela, tout juste âgé de huit ans, a épousé Helen Shabangu, une femme âgée de 61, son aînée de 53 ans. Le couple s’est uni lors d’une cérémonie modeste, qui a coûté 1 500 livres, soit environ 1 700 euros. Et le montant de la dot était de 500 livres, soit 700 euros. Une centaine d’invités a assisté à ce que l’on peut appeler un mariage très spécifique. Les mariés ont même échangé leurs alliances et un baiser. Leurs photos de mariage diffusées par le journal Daily mail ont fait le tour du pays.

Le plus surprenant dans cette union est que Hélène Shabangu est déjà mariée à un homme de 65 ans avec qui elle a eu cinq enfants aujourd’hui âgés de 20 à 30 ans. Mais le jeune Senele s’est dit heureux d’être le deuxième mari de la sexagénaire : « Je suis heureux d’avoir épousé Helen mais je dois aller à l’école et travailler dur. Et quand je serai grand je vais épouser une femme de mon âge », rapporte le Daily mail.

Un mariage pour éviter le courroux des ancêtres

Quelle est donc la raison de ce mariage pour le moins abracadabrant ? La crainte des représailles de leurs ancêtres serait à l’origine de cette union. Selon le petit garçon, ces derniers lui auraient demandé de se marier avec cette femme que son grand-père avait choisi avant de rendre l’âme. Les proches du jeune sud-africain, qui craignaient un châtiment divin si le mariage n’avait pas lieu, se sont dits soulagés maintenant qu’ils ont officialisé cette union.

Un mariage à peine scellé qui suscite déjà la polémique. De nombreuses personnes ayant assisté à l’union du jeune couple ont jugé cela choquant et inapproprié. Mais la famille du jeune homme a elle riposté, arguant que les mariés n’avaient pas signé de certificat de mariage et qu’ils ne vivraient pas ensemble. Le seul but assure-t-elle est de satisfaire les ancêtres pour éviter leur courroux. C’est avant tout un rituel, ont-elles souligné.

Helen, employée dans un centre de recyclage, a pour sa part déclaré : « Je suis mariée et j’ai cinq enfants mais je sais que c’est ce que les ancêtres ont voulu – et maintenant ils sont heureux ».
Même Alfred, son mari, s’est dit heureux lui et ses enfants de ce mariage. « Nous ne ne voyons aucun inconvénient à cette union mais quelques-uns des membres de la communauté ont été choqués. »

Les autorités sud-africaines ont d’ores et déjà affirmé qu’elles ne
reconnaîtraient pas cette union. En tous cas, le jeune couple atypique a marqué les esprits.