Afrique du Sud : après Durban, les étrangers pris pour cible à Johannesburg

Après Durban, à l’est du pays, c’est au tour de Johannesburg d’être frappé par les violences contre les étrangers en Afrique du Sud. Des magasins ont été pillés et des personnes blessées, ce mercredi.

Des magasins tenus par des étrangers ont été pillés et des personnes blessées, ce mercredi 15 avril 2015, à Johannesburg. Alors que depuis deux semaines, les violences xénophobes se multiplient à Durban, la capitale économique du pays est à son tour touchée, depuis plusieurs jours.

Les propos du roi zoulou Goodwill Zwelithini qui a appelé les étrangers à rentrer chez eux avaient mis le feu aux poudres. Des violences avaient éclaté à Durban, à l’est du pays. Six personnes y ont été tuées au cours des émeutes.

Des commerces appartenant à des étrangers originaires d’Ethiopie, du Zimbabwe, du Niger et du Malawi ont été incendiés par des Sud-Africains. Les autorités malawiennes ont notamment annoncé leur intention de procéder au rapatriement de plusieurs centaines de leurs ressortissants, victimes des violences.

Chômage endémique

Le taux de chômage est de plus de 25% en Afrique du Sud, le double chez les jeunes. Les bidonvilles sont peuplés de toute une jeunesse sans avenir. La concurrence entre commerçants locaux et étrangers, accusés de prendre le travail des Sud-Africains a dégénéré. La presse sud-africaine évoque le chiffre de 1 000 à 2 000 personnes qui auraient dû fuir les maisons du fait des pillages, selon Le Figaro.

Quatre camps ont été construits par la municipalité de Durban pour les accueillir. Les ministres de l’Intérieur, de la Sécurité et du Renseignement ainsi que celui de la Police ont fait le déplacement dans cette ville, devant la gravité de la situation, pour rencontrer des associations de commerçants locaux.

Ce mardi, le gouvernement sud-africain a mis en place une commission spéciale chargée d’enrayer les violences à l’encontre des étrangers.